fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Giraudoux, Ondine, acte II, scène 11 | Commentaires composés | Giraudoux | Théâtre

Commande Suspendue
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

Fiche
Méthodologie
Méthodologie
Oral
Retour
liste
Commentaires composés | Giraudoux | Théâtre

Giraudoux, Ondine, acte II, scène 11

 Yseult : Veux-tu mes conseils, chère petite Ondine ? Pourquoi as-tu choisi Hans ?
Ondine : Je ne savais pas que l'on choisit chez les homme. Chez nous, l'on ne choisit pas. De grands sentiments nous choisissent et le premier ondin venu est pour toujours le seul ondin. Hans estle premier homme que j'ai vu : on ne peut choisir davantage.
Yseult : Ondine, disparais ! Va-t'en !
Ondine : Avec Hans ?
Yseult : Si tu veux ne pas souffrir, si tu veux sauver Hans, plonge dans la première source venue.... va-t'en
Ondine : Avec Hans ? Il est si laid dans l'eau.
Yseult : tu as eu avec Hans trois mois de bonheur. Il faut t'en contenter. Pars pendant qu'il est temps encore parce qu'il n'est pas fait pour toi, parce que son âme est petite.
Ondine : Moi je n'en ai pas, c'est encore pis !
Yseult : Tu ne sais pas ce que c'est. Un ondin a une grande âme. Ne vois-tu pas que tout ce qui est large en toi, Hans ne l'a aimé que parce qu'il le voyait petit ? Tu es la clarté, il a aimé une blonde. Tu es la grâce, il a aimé une espiègle. Tu es l'aventure, il aimé une aventure... Dès qu'il soupçonnera son erreur, tu le perdras....
Ondine : Il ne le verra pas. Entre tous les chevaliers j'ai choisi le plus bête...
Yseult :Le plus bête des hommes voit toujours assez clair pour devenir aveugle. Peut-être es-tu pour lui, en ce moment, une espèce d'Ondine, mais parce qu'il ne croit pas que tu en es une. La vraie ondine, pour Hans, ce ne sera pas toi, mais dans quelque bal costumé, Bertha avec un caleçon d'écailles. Crois-moi, va-t'en !
Ondine : O reine, c'est que je ne le sauverai pas en partant. Si je reviens chez les ondis, mon oncle voudra que j'épouse l'un d'eux. Je refuserai. De colère, il tuera Hans... Non ! C'est sur la terre que je dois sauver Hans. C'est sur la terre que je dois trouver le moyen de cacher à mon oncle qu'il me trompe, si un jour il ne m'aime plus. Mais il m'aime encore, n'est-ce pas ?
Yseult : Sans aucun doute. De toutes ses forces.
Ondine : Alors pourquoi chercher ? Nous l'avons le remède ! Dès que je disais du mal de Bertha, il prenait son parti... Je vais agir tout au contraire ! Vingt fois par jour je lui dirai qu'elle est belle, qu'elle a raison. Alors elle lui sera indifférente, elle aura tort. Chaque jour, je m'arrangerai pour qu'il la rencontre, pour qu'elle soit le plus éclatante possible. Alors il ne verra que moi. Bertha viendra habiter au château avec nous : ainsi ils passeront toute leur vie ensemble. Ce sera comme si elle était loin... comme je comprends les hommes, n'est-ce pas ? Tel est mon remède...
Yseult s'est levée et vient l'embrasser.
Yseult : Yseult te dit merci ! Merci pour la leçon d'amour... que le ciel juge. Laissons faire les recettes d'Ondine.
Ondine : Quel bonheur ! Je vais pouvoir demander pardon à Bertha !