fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Pierre de Ronsard, Second livre des Amours, « L’an se rajeunissait en sa verte jouvence ». | Commentaires composés | Ronsard

Commentaires composés | Ronsard

Pierre de Ronsard, Second livre des Amours, « L’an se rajeunissait en sa verte jouvence ».

  

L'an se rajeunissait en sa verte jouvence

Quand je m'épris de vous, ma Sinope cruelle ;

Seize ans étaient la fleur de votre âge nouvelle,

Et votre teint sentait encore son enfance.

 

Vous aviez d'une infante encor la contenance,

La parole, et les pas ; votre bouche était belle,

Votre front et vos mains dignes d'une Immortelle,

Et votre oeil, qui me fait trépasser quand j'y pense.

 

Amour, qui ce jour-là si grandes beautés vit,

Dans un marbre, en mon coeur d'un trait les écrivit ;

Et si pour le jourd'hui vos beautés si parfaites

 

Ne sont comme autrefois, je n'en suis moins ravi,

Car je n'ai pas égard à cela que vous êtes,

Mais au doux souvenir des beautés que je vis.

 

Extrait du corrigé :

Pierre de Ronsard (1er septembre 1524 - 27 décembre 1585) : poète qui fut l’un des plus importants au XVIe siècle. Appartient, comme son ami Du Bellay, à la Pléiade.

Surnommé le « Prince des poètes et poète des princes », Ronsard a écrit de des poèmes engagés et de la poésie « officielle » dans le contexte des guerres de religions, des épopée et de la poésie lyrique, connue à travers des recueils comme Les Odes (1550-1552) et Les Amours (Les Amours de Cassandre, 1552 - Les Amours de Marie, 1555 - Sonnets pour Hélène ,1578).

Dans ses poèmes lyriques, Ronsard développe les thèmes de la nature et de l’amour, associés aux références de l'Antiquité gréco-latine et à la forme du sonnet.  

 

Sonnet de Ronsard.

14 alexandrins.

Rimes embrassées dans les quatrains, du type ABBA.

Rimes CCD, EDE dans les tercets > sonnet français.

Dans les quatrains, les rimes sont toutes féminines.

Dans les tercets, C > rimes masculines ; D > rimes féminines ; E > rimes masculines : il y a bien alternance entre les rimes masculines et féminines.

 

« jouvence » > allusion à la Fontaine de jouvence qui est un symbole d’immortalité ou de perpétuel rajeunissement.

« Sinope » > surnom que Ronsard avait donné a Marie.

 

I- Une beauté de seize ans 

            A- L’amour

• Poète qui s’adresse à la jeune femme (Marie).

Cf. les marques de 1e et de 2e personne du singulier.

Ex : « je m'épris ; ma ; me ; j' » > le poète.

Ex : « vous ; votre ; vos » > Marie, qui est aussi désignée par l’apostrophe « ma Sinope cruelle » > possessif, marque l’attachement du poète pour la femme, mais aussi « cruelle »…

• Poète qui est amoureux de la femme. Cf. « Quand je m'épris de vous » > passé simple, temps du passé. Amour qui dure depuis longtemps.