fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Ionesco, Le Roi se meurt – Le Roi : Sans moi, sans moi. Ils vont rire, ils vont bouffer … | Commentaires composés | Ionesco | Théâtre

Commentaires composés | Ionesco | Théâtre

Ionesco, Le Roi se meurt – Le Roi : Sans moi, sans moi. Ils vont rire, ils vont bouffer …

 Ionesco, Le Roi se meurt – Le Roi : Sans moi, sans moi. Ils vont rire, ils vont bouffer …

 

 

Le Roi  – Sans moi, sans moi. Ils vont rire, ils vont bouffer, ils vont danser sur ma tombe. Je n’aurai jamais existé. Ah, qu’on se souvienne de moi. Que l’on pleure, que l’on désespère. Que l’on perpétue ma mémoire dans tous les manuels d’histoire. Que tout le monde connaisse ma vie par coeur. Que tous la revivent. Que les écoliers et les savants n’aient pas d’autre sujet d’étude que moi, mon royaume, mes exploits. Qu’on brûle tous les autres livres, qu’on détruise toutes les statues, qu’on mette la mienne sur toutes les places publiques. Mon image dans tous les ministères, dans les bureaux de toutes les sous-préfectures, chez les contrôleurs fiscaux, dans les hôpitaux. Qu’on donne mon nom à tous les avions, à tous les vaisseaux, aux voitures à bras et à vapeur. Que tous les autres rois, les guerriers, les poètes, les ténors, les philosophes soient oubliés et qu’il n’y ait plus que moi dans toutes les consciences. Un seul nom de baptême, un seul nom de famille pour tout le monde. Que l’on apprenne à lire en épelant mon nom : B-é-Bé, Bérenger. Que je sois sur les icônes, que je sois sur les millions de croix dans toutes les églises. Que l’on dise des messes pour moi, que je sois l’hostie. Que toutes les fenêtres éclairées aient la couleur et la forme de mes yeux, que les fleuves dessinent dans les plaines le profil de mon visage ! Que l’on m’appelle éternellement, qu’on me supplie, que l’on m’implore.

 

Extrait du corrigé :

Le roi se meurt : pièce de théâtre d'Eugène Ionesco en 1 acte, créée à l'Alliance française le 15 décembre 1962. Elle est écrite en quelques jours par Ionesco, au sortir d’une grave maladie, Ionesco, alors qu’il vient de se sentir touché par l’aile de la mort.

 

Le Roi se meurt raconte la lente dégradation d'un homme, le roi Bérenger, et son chemin vers la mort. Dans la première partie de la pièce, trop fatigué, il ne peut même plus monter sur son trône et hésite entre la révolte et le désespoir.

 

Dans cet extrait, Bérenger imagine l’après…

 

I- La peur de l’après

            A- Peur de l’oubli

• Bérenger, qui se sait condamné, imagine la vie sans lui.

Cf. « Sans moi, sans moi. » > quand il sera mort.

• « Ils vont rire, ils vont bouffer, ils vont danser sur ma tombe. » :

- rythme ternaire.

- « rire » ; « bouffer » > vocabulaire familier ; « danser » > verbes qui renvoient à la vie et à la gaieté.

- « ils vont danser sur ma tombe » > manque de respect.

• « Je n’aurai jamais existé. » :

- peur de l’oubli. Une fois mort, c’est comme s’il n’avait jamais été en vie > oublié.