fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Pierre Emmanuel, « Hymne de la Liberté ». | Commentaires composés

Commentaires composés

Pierre Emmanuel, « Hymne de la Liberté ».
Ô mes frères dans les prisons vous êtes libres...

 

  1. Ô mes frères dans les prisons vous êtes libres
  2. Libres les yeux brûlés les membres enchaînés
  3. Le visage troué les lèvres mutilées
  4. Vous êtes ces arbres violents et torturés
  5. Qui croissent plus puissants parce qu'on les émonde
  6. Et sur tout le pays d'humaine destinée
  7. Votre regard d'hommes vrais est sans limites
  8. Votre silence est la paix terrible de l'éther1.

 

  1. Par-dessus les tyrans enroués de mutisme
  2. Il y a la nef silencieuse de vos mains
  3. Par-dessus l'ordre dérisoire des tyrans
  4. Il y a l'ordre des nuées et des cieux vastes
  5. Il y a la respiration des monts très bleus
  6. Il y a les libres lointains de la prière
  7. Il y a les larges fronts qui ne se courbent pas
  8. Il y a les astres dans la liberté de leur essence
  9. Il y a les immenses moissons du devenir
  10. Il y a dans les tyrans une angoisse fatale
  11. Qui est la liberté effroyable de Dieu.

 

1.  éther : désignation poétique des cieux.

 

Extrait du corrigé :

Poème écrit en alexandrins > vers de 12 syllabes.

19 alexandrins.

Poème écrit pendant l’Occupation allemande => « « Hymne de la Liberté » dans un France occupée.

 

I- Un poème aux victimes 

A- Le discours du poète

• Le poète s'adresse à ceux qui ont été emprisonnés et torturés > aux victimes des nazis. Cf. « O mes frères dans les prisons » ; « ces arbres » ; «Votre regard d'hommes vrais... »…

Utilisation de la 2e personne du pluriel. Leur parle, leur adresse la parole. Les loue. Cf. « Ô ».

Présent d’énonciation. Cf. « Vous êtes » ; « vous êtes libres »…

• Le poète s’adresse en particulier aux victimes de la barbarie nazie, mais aussi, plus généralement, à tous ceux qui sont victimes de l'arbitraire et de l'oppression des « tyrans ».

=> Le présent utilisé dans ce poème n’est donc pas qu’un présent d’énonciation, il est un présent à valeur universelle.