fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Victor Hugo, Les Contemplations, Ô gouffre ! l'âme plonge et rapporte le doute | Commentaires composés | Hugo | Poésie

Commentaires composés | Hugo | Poésie

Victor Hugo, Les Contemplations, Ô gouffre ! l'âme plonge et rapporte le doute

  

Victor Hugo, Les Contemplations, Ô gouffre ! l'âme plonge et rapporte le doute

 

1.     Ô gouffre ! l'âme plonge et rapporte le doute.

2.     Nous entendons sur nous les heures, goutte à goutte,

3.     Tomber comme l'eau sur les plombs ;

4.     L'homme est brumeux, le monde est noir, le ciel est sombre ;

5.     Les formes de la nuit vont et viennent dans l'ombre ;

6.     Et nous, pâles, nous contemplons.

 

7.     Nous contemplons l'obscur, l'inconnu, l'invisible.

8.     Nous sondons le réel, l'idéal, le possible,

9.     L'être, spectre toujours présent.

10.  Nous regardons trembler l'ombre indéterminée.

11.  Nous sommes accoudés sur notre destinée,

12.  L'oeil fixe et l'esprit frémissant.

 

13.  Nous épions des bruits dans ces vides funèbres ;

14.  Nous écoutons le souffle, errant dans les ténèbres,

15.  Dont frissonne l'obscurité ;

16.  Et, par moments, perdus dans les nuits insondables,

17.  Nous voyons s'éclairer de lueurs formidables

18.  La vitre de l'éternité.

 

Extrait du corrigé :

Victor-Marie Hugo : écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est l’un des plus grands écrivains français et repose au Panthéon depuis le lundi 1er juin 1885.

Son œuvre est très diverse : romans, poésie lyrique, drames en vers et en prose, discours politiques à la Chambre des Pairs, correspondance abondante.

Hugo est poète qui appartient à la première génération romantique => considère le poète comme un être différent, visionnaire à qui il octroie une mission sociale et historique.

 

Les Contemplations > recueil de 158 poèmes rassemblés en 6 livres que Victor Hugo a publié en 1856. La plupart des poèmes ont été écrits entre 1841 et 1855, mais les plus anciens datent de 1834.

Recueil d’inspiration autobiographique, écrit après la mort de Léopoldine, la fille du poète, et  considéré comme le chef-d’œuvre lyrique de Victor Hugo => Les Contemplations sont un recueil du souvenir, de l’amour, de la joie mais aussi de la mort, du deuil et même mystique.

 

 

« Ô gouffre ! l'âme plonge et rapporte le doute » :

Ce poème est composé de trois strophes de 6 vers > 3 sizains.

Les sizains sont composés de :

- 2 alexandrins (vers de 12 syllabes),

- 1 octosyllabe (vers de 8 syllabes),

- 2 alexandrins (vers de 12 syllabes),

- 1 octosyllabe (vers de 8 syllabes),

 

Disposition des rimes.

Les deux 1es rimes sont suivies, du type AA. Mais les  4 vers suivants sont embrassées, de type ABBA.

Ex : « présent ; indéterminée ; destinée ; frémissant ».

 

Qualité des rimes.

Rimes pauvres (un son commun).

Ex : « présent ; frémissant »

 

Rimes suffisantes (deux sons communs).

Ex : « l'éternité / l'obscurité »

 

Rimes riches (trois sons communs et plus).

Ex : « funèbres / ténèbres »

 

Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines.

 

Étude linéaire.

 

Strophe 1.

- « ô gouffre » :

NB : souvent le vocatif « ô » est employé dans la poésie lyrique, pour chanter l’amour.

Ici paradoxe. Cf. « gouffre ».

> cela renvoie à l’idée de la chute.

• Et justement, présence du champ lexical de la chute.

Cf. « gouffre » ; « plonge » ; « Tomber »…

• Personnification de l’âme.

Cf. « rapporte le doute ».

• Poème sombre.

• Champ lexical de la nuit.