fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : C. Dumarsais, Le Philosophe – Article de L'Encyclopédie | Commentaires composés

Commentaires composés

C. Dumarsais, Le Philosophe – Article de L'Encyclopédie

  

C. Dumarsais, Le Philosophe  –  Article de L'Encyclopédie

 

      Les autres hommes sont déterminés à agir sans sentir ni connaître les causes qui les font mouvoir, sans même songer qu'il y en ait. Le philosophe au contraire démêle les causes autant qu'il est en lui, et souvent même les prévient, et se livre à elles avec connaissance: c'est une horloge qui se monte, pour ainsi dire, quelquefois elle-même. Ainsi il évite les objets qui peuvent lui causer des sentiments qui ne conviennent ni au bien-être, ni à l'être raisonnable, et cherche ceux qui peuvent exciter en lui des affections convenables à l'état où il se trouve. La raison est à l'égard du philosophe ce que la grâce est à l'égard du chrétien. La grâce détermine le chrétien à agir; la raison détermine le philosophe.

      Les autres hommes sont emportés par leurs passions, sans que les actions qu'ils font soient précédées de la réflexion : ce sont des hommes qui marchent dans les ténèbres; au lieu que le philosophe, dans ses passions mêmes, n'agit qu'après la réflexion; il marche la nuit, mais il est précédé d'un flambeau.

      La vérité n'est pas pour le philosophe une maîtresse qui corrompe son imagination, et qu'il croie trouver partout; il se contente de la pouvoir démêler où il peut l'apercevoir. Il ne la confond point avec la vraisemblance; il prend pour vrai ce qui est vrai, pour faux ce qui est faux, pour douteux ce qui est douteux, et pour vraisemblance ce qui n'est que vraisemblance. Il fait plus, et c'est ici une grande perfection du philosophe, c'est que lorsqu'il n'a point de motif pour juger, il sait demeurer indéterminé.

 

 Extrait du corrigé :

L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers est une encyclopédie parue sous la direction de Diderot et de d’Alembert en 1751. De très nombreuses personnes ont participé à la rédaction de cette synthèse des connaissances du temps, comme Voltaire. Mais L’Encyclopédie ne fait pas que compiler des savoirs car très souvent les articles sont engagés. Elle devient une arme politique => l’Encyclopédie est l’emblème des philosophes des Lumières.

 

César Chesneau Dumarsais (1676-1756) est un grammairien. Ami de Diderot, et de d’Alembert, il est chargé par eux de rédiger l’article « Philosophe » qui reflète l’idéal de tout un mouvement littéraire des « Lumières ».

 

=> Comment est présentée la figure du philosophe dans ce texte ?

 

I- Un être différent

            A- Le philosophe vs. les hommes

NB : dans l’extrait étudié, le substantif « philosophe » apparait 6 fois.

• Montrez que l’article oppose les hommes au philosophe.

Ex : « Les autres hommes sont » / « Les autres hommes » vs. « Le philosophe au contraire ».

- opposition pluriel / singulier.

Cf. toutes les oppositions entre les hommes et le philosophes.

Ex : « au contraire » ; « au lieu que »…