fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Imaginez la fin de la nouvelle Boule De Suif à partir de : exaspération l'étranglait. Celle-ci devra être cohérente par rapport au reste de la nouvelle. | Ecritures d'invention | Maupassant | Nouvelle

Ecritures d'invention | Maupassant | Nouvelle

Imaginez la fin de la nouvelle Boule De Suif à partir de : exaspération l'étranglait. Celle-ci devra être cohérente par rapport au reste de la nouvelle.

 Extrait du corrigé :

                    Imaginez la fin de la nouvelle Boule de Suif à partir de : « exaspération l’étranglait. » Celle-ci devra être cohérente par rapport au reste de la nouvelle.

 

            Boule de Suif, dans la hâte et l’effarement de son lever, n’avait pu songer à rien ; et elle regardait, exaspérée, suffoquant de rage, tous ces gens qui mangeaient placidement. Une colère tumultueuse la crispa d’abord, et elle ouvrit la bouche pour leur crier leur fait avec un flot d’injures qui lui montait aux lèvres ; mais elle ne pouvait pas parler tant l’exaspération l’étranglait.

            Elle s’était sacrifiée pour eux. Personne ne la regardait. Et personne ne semblait se rappeler ce qu’elle avait fait pour eux. Chacun mangeait de son côté, personne ne lui proposait la moindre miette de pain. Les deux bonnes sœurs profitaient de la saveur de leur saucisson sans avoir le moindre geste charitable envers elle. Cornudet avalait des œufs. La comtesse goûtait chaque aliment avec gourmandise. Boule de Suif semblait seule sur terre dans cette diligence qui n’avait repris la route que parce qu’elle s’était sacrifiée. Elle n’avait droit qu’à une ignorance méprisante. Elle s’était donnée, elle n’existait plus. Elle ne savait comment réagir. Devait-elle laisser libre cours à sa colère, à son indignation ou devait-elle se taire, elle, la vieille fille de joie ?