fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Desnos, Corps et bien, Vieille clameur | Commentaires composés | Desnos | Poésie

Commentaires composés | Desnos | Poésie

Desnos, Corps et bien, Vieille clameur

 Desnos, Corps et bien, « Vieille clameur »

 

Une tige dépouillée dans ma main c’est le monde

La serrure se ferme sur l’ombre et l’ombre met son œil à la serrure

Et voilà que l’ombre se glisse dans la chambre

La belle amante que voila l’ombre plus charnelle que ne l’imagine

perdu dans son blasphème le grand oiseau de fourrure blanche

perché sur l’épaule de la belle,

de l’incomparable putain qui veille sur le sommeil

Le chemin se calme soudain en attendant la tempête

Un vert filet à papillon s’abat sur la bougie

Qui es-tu toi qui prends la flamme pour un insecte

Un étrange combat entre la gaze et le feu

C’est à vos genoux que je voudrais passer la nuit

C’est à tes genoux

De temps à autre sur ton front ténébreux et calme

en dépit des apparitions nocturnes,

je remettrai en place une mèche de cheveux dérangée

Je surveillerai le lent balancement du temps et de ta respiration

Ce bouton je l’ai trouvé par terre

Il est en nacre

Et je cherche la boutonnière qui le perdit

Je sais qu’il manque un bouton à ton manteau

Au flanc de la montagne se flétrit l’edelweiss

L’edelweiss qui fleurit dans mon rêve et dans tes mains quand elles s’ouvrent

 

Extrait du corrigé : 

Robert Desnos (1900-1945) : poète qui a rejoint le mouvement surréaliste, avant de le quitter lorsque Breton oriente ce courant vers le communisme.

 

NB : Le surréalisme est un mouvement artistique qui s’est développé dans la première moitié du XXe siècle, après la Première Guerre mondiale ; il est défini en 1924 par André Breton dans son Manifeste du surréalisme. Il repose essentiellement sur le refus de la contrainte, et cherche à libérer l’inconscient.

 

« Vieille clameur » :

23 vers.

Vers libres.

 

Quelle image de la femme est proposée dans ce poème ?

 

 

I- Une belle endormie

            A- Le poète et la femme

• Présence du « je ».

Le poème comporte de nombreuses marques de la 1e personne du singulier.

Ex : « ma main » ; « mon rêve » ; « je voudrais » ; « je remettrai » ; « je l’ai trouvé » ; « je cherche » ; « Je sais »…

• Présence de marques de la 2e personne du singulier.

Ex : « Qui es-tu toi » ; « tes genoux » ; « ton front »…

> Tutoiement => proximité.

• Flottement > renforcé par les passages du « vous » et du « tu ».

Cf. « C’est à vos genoux / C’est à tes genoux » : anaphore mais avec une différence entre « vos » et « tes ».

« vos » > vouvoiement > respect, distance.

« tes » > tutoiement > intimité.

Le poète oscille entre le vouvoiement et le tutoiement.

=> Le poète s’adresse à la femme aimée.

∆) poésie lyrique.