fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Goncourt, Germinie Lacerteux - De huit jours, Germinie ne remit pas... | Commentaires composés | Goncourt | roman

Commentaires composés | Goncourt | roman

Goncourt, Germinie Lacerteux - De huit jours, Germinie ne remit pas...

Edmond et Jules de Goncourt, Germinie Lacerteux - De huit jours, Germinie ne remit pas les pieds dans la boutique

 

De huit jours, Germinie ne remit pas les pieds dans la boutique.

Les Jupillon, ne la voyant pas revenir, commençaient à désespérer. Enfin, un soir, sur les dix heures et demie, elle poussa la porte, entra sans dire bonjour ni bonsoir, alla à la petite table où étaient assis la mère et le fils à demi sommeillants, posa sous sa main, fermée avec un serrement de griffe, un vieux morceau de toile qui sonna.

- Voilà ! fit-elle.

Et lâchant les coins du morceau de toile, elle répandit ce qui était dedans : il coula sur la table de gras billets de banque recollés par-derrière, rattachés avec des épingles, de vieux louis à l'or verdi, des pièces de cent sous toutes noires, des pièces de quarante sous, des pièces de dix sous, de l'argent de pauvre, de l'argent de travail, de l'argent de tirelire, de l'argent sali par des mains sales, fatigué dans le porte-monnaie de cuir, usé dans le comptoir plein de sous, - de l'argent sentant la sueur. Un moment, elle regarda tout ce qui était étalé comme pour se convaincre les yeux ; puis avec une voix triste et douce, la voix de son sacrifice, elle dit seulement à Mme Jupillon :

- Ça y est... C'est les deux mille trois cents francs... pour qu'il se rachète...

- Ah ! ma bonne Germinie ! fit la grosse femme en suffoquant sous une première émotion ; et elle se jeta au cou de Germinie qui se laissa embrasser. Oh ! vous allez prendre quelque chose avec nous, une tasse de café...

- Non, merci, dit Germinie, je suis rompue... Dame ! j'ai eu à courir, allez, pour les trouver... Je vais me coucher... Une autre fois...

Et elle sortit.

Elle avait eu "à courir", comme elle disait, pour rassembler une pareille somme, réaliser cette chose impossible : trouver deux mille trois cents francs, deux mille trois cents francs dont elle n'avait pas les premiers cinq francs ! Elle les avait quêtés, mendiés, arrachés pièce à pièce, presque sou à sou. Elle les avait ramassés, grattés ici et là, sur les uns, sur les autres, par emprunts de deux cents, de cent francs, de cinquante francs, de vingt francs, de ce qu'on avait voulu. Elle avait emprunté à son portier, à son épicier, à sa fruitière, à sa marchande de volaille, à sa blanchisseuse ; elle avait emprunté aux fournisseurs du quartier, aux fournisseurs des quartiers qu'elle avait d'abord habités avec mademoiselle. Elle avait fait entrer dans la somme tous les argents, jusqu'à la misérable monnaie de son porteur d'eau. Elle avait quémandé partout, extorqué humblement, prié, supplié, inventé des histoires, dévoré la honte de mentir et de voir qu'on ne la croyait pas.

L'humiliation d'avouer qu'elle n'avait pas d'argent placé, comme on le croyait et comme par orgueil elle le laissait croire, la commisération de gens qu'elle méprisait, les refus, les aumônes, elle avait tout subi, essuyé ce qu'elle n'aurait pas essuyé pour trouver du pain, et non une fois auprès d'une personne, mais auprès de trente, de quarante, auprès de tous ceux qui lui avaient donné ou dont elle avait espéré quelque chose. Enfin cet argent, elle l'avait réuni ; mais il était son maître et la possédait pour toujours.

 

Extrait du corrigé :

 

Germinie Lacerteux est un roman écrit par Edmond et Jule de Goncourt en 1865. Il raconte la mortelle descente dans l’alcool de Germinie Lacerteux, personnage inspiré par leur servante, Rose.

 

Comment se caractérise l’écriture des frères Goncourt ?

 

I- La représentation des personnages

            A- Germinie

• Montrez que Germinie agit presque comme un automate.

Cf. « elle poussa la porte, entra sans dire bonjour ni bonsoir, alla à la petite table […] posa sous sa main… » :

- succession de verbes d’action au passé simple. Succession de gestes.

- « entra sans dire bonjour ni bonsoir » > a une idée fixe.

• Montrez que Germinie est dans le sacrifice.

Ex : « avec une voix triste et douce, la voix de son sacrifice » > résignée. Renoncement.

Ex : les points de suspension dans ses paroles > personnage qui semble fatiguée, qui hésite.

« - Ça y est... C'est les deux mille trois cents francs... pour qu'il se rachète... » > « ça y est » > elle y est parvenu > grand labeur.

« deux mille trois cents francs » > grosse somme d’argent.

Cela s’oppose avec l’accumulation des petites pièces => grand labeur pour parvenir à cette somme.

« pour qu'il se rachète... »> don.