fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Pierre Reverdy écrit dans son Bloc-notes « 39-40 » : « En lisant un roman, le lecteur ravi devient imaginairement un autre ou les autres. Le poème l'émeut mais le laisse en lui-même et plus intensément lui-même. » Qu'en pensez-vous ? | Dissertations

Dissertations

Pierre Reverdy écrit dans son Bloc-notes « 39-40 » : « En lisant un roman, le lecteur ravi devient imaginairement un autre ou les autres. Le poème l'émeut mais le laisse en lui-même et plus intensément lui-même. » Qu'en pensez-vous ?

 Extrait du corrigé :

Roman : identification au personnage => on partage ses aventures, on vit avec lui.

Poésie : émotion + découverte de soi.

 

I- L’écriture poétique 

La poésie est différente de la prose => brièveté, densité des mots…

              A- Un langage de l’émotion

• La poésie : condensé d'écriture qui rassemble une grande quantité d'émotions (VS prose ou théâtre qui sont souvent de longs développements).

Ex : « il a deux trous rouges dans la poitrine » => Rimbaud avec son poème « Le Dormeur du Val», dépeint en quelques lignes toute l'horreur de la guerre que l'on retrouve dans la littérature en prose dans de longs développements.

• Cf. le texte d’H. Michaux => il crée de nouveaux mots « Il l'emparouille et l'endosque contre terre ;/ Il le rague et le roupéte jusqu'à son drâle ; / Il le pratéle et le libucque et lui baroufle les ouillais ».

Travail des mots, travail de la langue. Mots-valises, néologismes… Même si on ne connaît pas les mots, on comprend dans ce poème l’horreur de la guerre.

 

              B- Poésie de l’image

• Remise en cause de la syntaxe traditionnelle : sonorités, musicalité, assonances, allitérations mais graphisme important (disposition dans la page, calligrammes). Ex : Hugo «Les souffles de la nuit flottaient sur Galgal » allitérations en « l » qui fait entendre le souffle du vents.

• Nouveau langage pour dire ce que seul le poète peut voir. Cf. la Lettre à Paul Demeny, Lettre dite du Voyant de Rimbaud + Cf. le Sonnet des Voyelles.

• Le poète crée parfois sa propre langue pour jouer plus librement avec elle. Étrangeté des métaphores symbolistes, « déracinement du langages ».

• Surréalistes : images insolites => nouvel univers. « La terre est bleue comme une orange » Eluard / « Bergère, Ô Tour Eiffel/ Le troupeau des ponts bêle »

Ex : Chez Eluard, la poésie est un condensé d’écriture. Pas de ponctuation : successions de phrases nominales sans liens car elles s’adressent à la sensibilité, à l'émotion, plus qu'à la raison.