fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : La poésie doit-elle s'inspirer du quotidien ? | Dissertations | Poésie

Dissertations | Poésie

La poésie doit-elle s'inspirer du quotidien ?

 Extrait du corrigé :

Très souvent, on attend de la poésie qu’elle fasse rêver (> ne s’inspire pas du quotidien).

 

I- La poésie s’inspirant du quotidien 

Thèmes fort peu poétiques qui sont devenus poétiques        

            A- Poétisation du non poétique => du quotidien

• Évoquez le poète Ponge et son recueil Parti pris des choses => Volonté de Ponge d’être le poète du quotidien, du matériel, des objets et des choses.

• L’intérêt du poète se porte sur des objets poétiques inattendus, tels un cageot, une bougie, une figue (sèche), une cigarette, une huître, une crevette, un galet, la fermeture et l’ouverture d’une porte (« les Plaisirs de la porte »)….

Ex : dans « Les poêles » => Texte teinté d’humour qui prend la défense et loue un objet quotidien : les poêles. « Mais comment, à ces tours modestes de chaleur, témoigner bien notre reconnaissance ? »

=> La fonction du poète pour Ponge est de renouveler notre regard pour mieux pénétrer dans cette connaissance profonde de l'univers, pour entrer en communion avec ces objets familiers.

• Cf. aussi Victor Hugo qui prend la défense de l’araignée et de l’ortie dans son poème « J'aime l'araignée ». « J'aime l'araignée et j'aime l'ortie, / Parce qu'on les hait ».

 

B- La poésie descriptive, très proche de la réalité

• « Je crois que l'Art est et ne peut être que la reproduction exacte de la nature » Baudelaire, 1859. Parfois, la poésie tente de représenter vraiment la réalité.

• Ex : Villon, « Ballade des pendus » « Quant à la chair, que trop avons nourrie/Elle est piéça dévorée et pourrie/Et nous, les os, devenons cendre et poudre ».   

• Cf. le poème de Ronsard qui s’imagine déjà mort => descriptions crues : « Je n’ai plus que les os » > « Décharné, dénervé, démusclé, dépoulpé… ».