fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Semprún, L’Écriture ou la Vie - Il avait tourné les talons en m’accompagnant... | Commentaires composés | Semprun

Commentaires composés | Semprun

Semprún, L’Écriture ou la Vie - Il avait tourné les talons en m’accompagnant...

Semprún, L’Écriture ou la Vie - Il avait tourné les talons en m’accompagnant...

 

Il avait tourné les talons en m’accompagnant jusqu’au châlit de Maurice Halbwachs.

— Dein Herr Professor, avait-il chuchoté, kommt heute noch durch’s Kamin.

J’avais pris la main de Halbwachs qui n’avait pas eu la force d’ouvrir les yeux. J’avais senti seulement une réponse de ses doigts, une pression légère : message presque imperceptible. Le professeur Maurice Halbwachs était parvenu à la limite des résistances humaines. Il se vidait lentement de sa substance, arrivé au stade ultime de la dysenterie qui l’emportait dans la puanteur.

Un peu plus tard, alors que je lui racontais n’importe quoi, simplement pour qu’il entende le son d’une voix amie, il a soudain ouvert les yeux. La détresse immonde, la honte de son corps en déliquescence y étaient lisibles. Mais aussi une flamme de dignité, d’humanité vaincue mais inentamée. La lueur immortelle d’un regard qui constate l’approche de la mort, qui sait à quoi s’en tenir, qui en a fait le tour, qui en mesure face à face les risques et les enjeux, librement : souverainement.

Alors, dans une panique soudaine, ignorant si je puis invoquer quelque Dieu pour accompagner Maurice Halbwachs, conscient de la nécessité d’une prière, pourtant, la gorge serrée, je dis à haute voix, essayant de maîtriser celle-ci, de la timbrer comme il faut, quelques vers de Baudelaire. C’est la seule chose qui me vienne à l’esprit.

Ô mort, vieux capitaine, il est temps, levons l’ancre…

Le regard de Halbwachs devient moins flou, semble s’étonner.

Je continue de réciter. Quand j’arrive à

… nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons,

un mince frémissement s’esquisse sur les lèvres de Maurice Halbwachs.

Il sourit, mourant, son regard sur moi, fraternel.

 

Extrait du corrigé :

Jorge Semprún (1923-2011) est un écrivain espagnol d’expression française.

L'Écriture ou la Vie (1994) est un livre de Jorge Semprún, que l’on peut considérer comme des mémoires.

Livre qui mêle un récit autobiographique, évoquant la sortie d'un camp de concentration de l’auteur, et une réflexion sur la difficulté de raconter directement l'expérience de la déportation.

 

Dans cet extrait, l’auteur évoque la mort prochaine d’un homme qui était détenu avec lui.

 

I- Les derniers instants du professeur Maurice Halbwachs

            A- Le récit d’une expérience

• Récit à la 1e personne du singulier.

Cf. les marques de 1e personne.

Ex : « m’ » ; « J’ » ; « je » ; « je » ; « moi »…

> Le narrateur, qui est aussi l’auteur et le personnage principal, raconte ce qui lui est arrivé.

Cf. « J’avais senti » > focalisation interne.

• Temps du passé.

Ex : « Il avait tourné » ; « était »…

• Expérience dans un camp de concentration allemand.

Cf. « Dein Herr Professor » ; « kommt heute noch durch’s Kamin » > on lui parle en allemand.

 

            B- Un mourant