fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Albert Camus, L’Étranger, - Le soir, Marie est venue me chercher et m’a demandé si je voulais me marier avec elle... | Commentaires composés | Camus | roman

Commentaires composés | Camus | roman

Albert Camus, L’Étranger, - Le soir, Marie est venue me chercher et m’a demandé si je voulais me marier avec elle...

    Camus, L’Étranger - Le soir, Marie est venue me chercher et m'a demandé si je voulais me marier avec elle...

 

 

Le soir, Marie est venue me chercher et m'a demandé si je voulais me marier avec elle. J'ai dit que cela m'était égal et que nous pourrions le faire si elle le voulait. Elle a voulu savoir alors si je l'aimais. J'ai répondu comme je l'avais déjà fait une fois, que cela ne signifiait rien mais que sans doute je ne l'aimais pas. « Pourquoi m'épouser alors ? » a-t-elle dit. Je lui ai expliqué que cela n'avait aucune importance et que si elle le désirait, nous pouvions nous marier. D'ailleurs, c'était elle qui le demandait et moi je me contentais de dire oui. Elle a observé alors que le mariage était une chose grave. J'ai répondu : « Non. » Elle s'est tue un moment et elle m'a regardé en silence. Puis elle a parlé. Elle voulait simplement savoir si j'aurais accepté la même proposition venant d'une autre femme, à qui je serais attaché de la même façon. J'ai dit : « Naturellement. » Elle s'est demandé alors si elle m'aimait et moi, je ne pouvais rien savoir sur ce point. Après un autre moment de silence, elle a murmuré que j'étais bizarre, qu'elle m'aimait sans doute à cause de cela mais que peut-être un jour je la dégoûterais pour les mêmes raisons. Comme je me taisais, n'ayant rien à ajouter, elle m'a pris le bras en souriant et elle a déclaré qu'elle voulait se marier avec moi. J'ai répondu que nous le ferions dès qu'elle le voudrait. Je lui ai parlé alors de la proposition du patron et Marie m'a dit qu'elle aimerait connaître Paris. Je lui ai appris que j'y avais vécu dans un temps et elle m'a demandé comment c'était. Je lui ai dit : « C'est sale. Il y a des pigeons et des cours noires. Les gens ont la peau blanche. »

 

 Extrait du corrigé :

 

Albert Camus : écrivain, dramaturge et philosophe né le 7 novembre 1913 en Algérie et mort le 4 janvier 1960 dans l'Yonne. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1957.

 

L’Étranger :

- Roman paru en 1942 et appartenant au « cycle de l'absurde », trilogie composée d’un roman (L’Étranger), d’un essai (Le Mythe de Sisyphe) et d’une pièce de théâtre (Caligula) décrivant les fondements de la philosophie camusienne : l’absurde.

NB : Camus a écrit « Si tu veux être philosophe, écris des romans ».

- Roman qui a pour personnage principal (qui ne peut pas vraiment recevoir le qualificatif de « héros ») Meursault, un être mystérieux, qui ne se conforme pas aux canons de la morale sociale, semblant étranger au monde et à lui-même.

 

Extrait étudié :

Partie I, peu de temps après l’enterrement de la mère de Meursault.

Demande en mariage de Marie.

 

I- Une demande

            A- Marie, moteur

• Texte à la 1e personne du singulier.

Cf. la présence de nombreuses marques de 1e personne.

Ex : « je » ; « me » ; « j’ai »…

> Meursault raconte son histoire.

Style pratiquement oral.

Cf. toutes les répétitions.

Ex : le verbe « vouloir ». cf. « je voulais » ; « elle le voulait » ; « Elle a voulu »…

• Montrez que Marie est active.

Cf.  « Marie est venue me chercher et m'a demandé » ; « Elle a voulu savoir » ; « Elle a observé »…

> Meursault, lui, semble plus passif. Répond juste aux questions.

Cf. Meursault raconte le moment où Marie l’a demandé en mariage > inversion des rôles, surtout au milieu du XXe siècle, où normalement c’était l’homme qui demandait la femme en mariage.