fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Apollinaire, Le pont Mirabeau | Commentaires composés | Apollinaire | Poésie

Commentaires composés | Apollinaire | Poésie

Apollinaire, Le pont Mirabeau

Apollinaire, Alcools, « Sous le pont Mirabeau coule la Seine ».

 

Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Et nos amours

Faut-il qu’il m’en souvienne

La joie venait toujours après la peine

 

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

 

Les mains dans les mains restons face à face

Tandis que sous

Le pont de nos bras passe

Des éternels regards l’onde si lasse

 

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

 

L’amour s’en va comme cette eau courante

L’amour s’en va

Comme la vie est lente

Et comme l’Espérance est violente

 

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

 

Passent les jours et passent les semaines

Ni temps passé

Ni les amours reviennent

Sous le pont Mirabeau coule la Seine

 

Vienne la nuit sonne l’heure

Les jours s’en vont je demeure

 

 

 Extrait du corrigé :

Guillaume Apollinaire : poète et écrivain français, né sujet polonais de l'Empire russe. Né en 1880, il est mort pour la France le 9 novembre 1918 à Paris (il a participé à la Première Guerre mondiale > Affaibli par une blessure, il est  mort de la grippe espagnole).

Il est considéré comme l'un des poètes français les plus importants du début du XXe siècle.

 

Alcools est un recueil de poèmes, paru en 1913, et sur lequel Apollinaire a travaillé pendant 15 ans.

 

 

Poème sans ponctuation. Il y a les majuscules mais il n’y a ni virgule, ni point.

 

• Poème composé d’une alternance de quatrains – distiques :

- 4 quatrains,

- 2 distiques.

• Quatrains : ils sont composés de deux décasyllabes (1e et 4e vers), d’un tétrasyllabe (2e vers) et d’un hexasyllabes (3e vers). 10 – 4- 6- 10.

NB : le tétrasyllabe + l’hexasyllabe = 10, un décasyllabe.

 

• Distiques identiques : fonctionnent comme un refrain.

Ce sont des heptasyllabes (7 syllabes) > les vers impairs ne sont pas classiques dans la poésie française. Ils ont été souvent utilisés par Verlaine > renforcent la musicalité du poème.

 

Rimes :

Dans les quatrains, les rimes sont en ABAA. Ce ne sont ni des rimes suivies (du type AABB), ni des rimes croisées (du type ABAB), ni des rimes embrassées (du type ABBA).

 

Dans les distiques, les rimes sont suivies, du type AA.

 

Rimes suffisantes :

Ex : « Seine » / « peine ».

Ex : « face » / « lace » / « passe ».

 

Rimes riches :

Ex : « violente » / « lente ».

 

            Comment le poète, à travers son chant poétique, renouvelle-t-il les motifs lyriques de l’amour perdu et du temps qui passe ?

 

I- Les souvenirs

            A- L’eau coulant sous un pont

« Pont Mirabeau » ; « Seine » : le poème est situé à Paris, dans le XVIe arrondissement.

Un pont relie deux rives.

- Allitération en « l » : « le », « coule » (cela est renforcé par le fait que l’on prononce le « e », « couLE »), « la » => impression de liquidité, eau qui coule.