fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Une amitié qui ne peut pas résister aux actes condamnables de l’ami n’est pas une amitié. Rédigez un apologue en prose ou en vers qui illustre cette citation. | Ecritures d'invention | Apologue

Ecritures d'invention | Apologue

Une amitié qui ne peut pas résister aux actes condamnables de l’ami n’est pas une amitié. Rédigez un apologue en prose ou en vers qui illustre cette citation.

Extrait du corrigé :

 

            « Une amitié qui ne peut pas résister aux actes condamnables de l’ami n’est pas une amitié. »

            Rédigez un apologue en prose ou en vers qui illustre cette citation.

 

L’apologue est un court récit souvent allégorique, une histoire en vers ou en prose, comportant un enseignement ou une morale. Ce terme générique regroupe donc des récits tels les contes philosophiques, les fables, les paraboles, les utopies, les contre utopies…

 

            Cette citation pose plusieurs questions : elle sous-entend que la véritable amitié est capable de résister à des actes mauvais. Que donc l’amitié est plus forte que la morale.

 

Il faudra donc réfléchir à une petite histoire avec deux amis, et l’un des amis commet quelque chose de répréhensible, de condamnable (tricherie, vol, mensonge, meurtre…).

 

Voici un exemple :

            Une solide amitié

            Jean et François étaient les deux meilleurs amis de la terre. En maternelle déjà, ils étaient toujours inséparables. L’un était petit et blond, François ; l’autre était grand et châtain, Jean. Ils avaient alors la passion commune des petites voitures et des billes, qu’ils collectionnaient et s’échangeaient sans cesse. À l’école primaire, les deux amis étaient toujours très liés. Ils apprirent ensemble à jouer au football, l’un était milieu de terrain, l’autre défenseur. François eut tout de suite des facilités pour les matières scientifiques, Jean était beaucoup littéraire.