fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : La rébellion contre l'héritage des poètes précédents est-elle indispensable à la création poétique ? | Dissertations | Poésie

Dissertations | Poésie

La rébellion contre l'héritage des poètes précédents est-elle indispensable à la création poétique ?

 Extrait du corrigé :

• Versification, rimes, rythme, et qui fait de la poésie un « art » – au sens de « technique », « méthode » – est souvent opposé à l'inspiration et à la liberté poétique. Les jeunes poètes ont, depuis principalement la 2e moitié du XIXe siècle, remis en cause les règles classiques, les carcans de leurs anciens.

• Les poètes doivent-ils toujours refuser les prédécesseurs pour écrire ? La poésie est-elle toujours renouveau ? Les règles classiques sont-elles tant obsolètes ?

 

I- La rébellion, libératrice et créatrice :

              A- Rejeter pour exister

              Fait humain : pour exister, il faut se détacher de ses prédécesseurs, se démarquer afin de s’affirmer.

Cf. les Modernes (Querelles des Anciens et des Modernes) => Osent critiquer les auteurs antiques et pensent que leurs œuvres non seulement valent celles d’Homère, etc. mais leur sont même supérieures.

Cf. Baudelaire qui rejette les romantiques (même s’il admire Hugo, le rejette).

∆) On refuse et renie les idées et les formes antérieurs => Chaque mouvement poétique naît d’un rejet du précèdent.

• De nouvelles conceptions de la poésie naissent => vitalité du genre poétique qui se renouvelle sans cesse. Nouveaux poètes, nouveaux poèmes.

Ex : d’après Mallarmé (Crise du vers), le poète « cède l’initiative aux mots ». Ainsi le poète ne va pas rechercher un sens préexistant ; il n’est pas celui qui pense, mais celui à qui s’impose le langage.

 

              B- Refus des règles