fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Lors de l'attribution du prix Nobel en 1960, Saint-John Perse déclarait : L'inertie seule est menaçante. Poète est celui-là qui rompt pour nous avec l'accoutumance. À partir des textes poétiques que vous connaissez, vous direz dans quelle mesure cette affirmation vous paraît convaincante. | Dissertations | Poésie

Dissertations | Poésie

Lors de l'attribution du prix Nobel en 1960, Saint-John Perse déclarait : L'inertie seule est menaçante. Poète est celui-là qui rompt pour nous avec l'accoutumance. À partir des textes poétiques que vous connaissez, vous direz dans quelle mesure cette affirmation vous paraît convaincante.

Extrait du corrigé :

            Lors de l'attribution du prix Nobel en 1960, Saint-John Perse déclarait : « L'inertie seule est menaçante. Poète est celui-là qui rompt pour nous avec l'accoutumance. »

            À partir des textes poétiques que vous connaissez, vous direz dans quelle mesure cette affirmation vous paraît convaincante.

 

 

Du grec poeïen (fabriquer, produire), poésie=> art du langage « fabriqué » i.e différent, rythmé => poésie vs prose.

 

Le poète est celui qui permet de rompre l’ « accoutumance » > l’habitude.

Le poète est-il celui qui voit le monde différemment ? Comment nous invite-t-il à la voir différemment ?

 

I- Le monde poétique, un autre monde

            A- Le poète est différent

• La poésie est l’œuvre du poète. Or, le poète a souvent été considéré comme un être à part, différent. Certains vivent en marge de la société. => Dans la langue ordinaire, dire de quelqu’un « Celui-là, c’est un poète » c’est le désigner comme un rêveur hors du monde, avec lequel on ne peut communiquer.

• Deuxième moitié du XIXe siècle : poètes « maudits » => incompris. Sentiment de rejet ressenti par certains poètes. Cf. le poème de Baudelaire « L’albatros » : comme le « vaste oiseau des mers », le poète est moqué, on cherche à lui faire mal…

• Le poète ne semble pas apte à communiquer avec le monde. Différent de l’homme ordinaire, plus sensible, souvent supérieur au vulgaire, il est en décalage par rapport à ses contemporains.

« Moi, je vis la vie à côté,

Pleurant alors que c’est la fête.

Les gens disent : Comme il est bête. »

Se plaint le poète Charles Cros dans Le collier de griffes.

 

            B- L’invitation vers l’ailleurs.

• Le poète est celui qui invite au voyage.

Ex : Jules Supervielle.