fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Camus, L'Étranger, I, 3 - En montant, dans l’escalier noir, j’ai heurté le vieux Salamano... | Commentaires composés | Camus | roman

Commentaires composés | Camus | roman

Camus, L'Étranger, I, 3 - En montant, dans l’escalier noir, j’ai heurté le vieux Salamano...

Camus, L'Étranger, I, 3 - En montant, dans l’escalier noir, j’ai heurté le vieux Salamano...

 

En montant, dans l’escalier noir, j’ai heurté le vieux Salamano, mon voisin de palier. Il était avec son chien. Il y a huit ans qu’on les voit ensemble. L’épagneul a une maladie de peau, le rouge, je crois, qui lui fait perdre presque tous ses poils et qui le couvre de plaques et de croûtes brunes. À force de vivre avec lui, seuls tous les deux dans une petite chambre, le vieux Salamano a fini par lui ressembler. Il a des croûtes rougeâtres sur le visage et le poil jaune et rare. Le chien, lui, a pris de son patron une sorte d’allure voûtée, le museau en avant et le cou tendu. Ils ont l’air de la même race et pourtant ils se détestent. Deux fois par jour, à onze heures et à six heures, le vieux mène son chien promener. Depuis huit ans, ils n’ont pas changé leur itinéraire. On peut les voir le long de la rue de Lyon, le chien tirant l’homme jusqu’à ce que le vieux Salamano bute. Il bat son chien alors et il l’insulte. Le chien rampe de frayeur et se laisse traîner. À ce moment, c’est au vieux de le tirer. Quand le chien a oublié, il entraîne de nouveau son maître et il est de nouveau battu et insulté. Alors, ils restent tous les deux sur le trottoir et ils se regardent, le chien avec terreur, l’homme avec haine. C’est ainsi tous les jours. Quand le chien veut uriner, le vieux ne lui en laisse pas le temps et le tire, l’épagneul semant derrière lui une traînée de petites gouttes. Si par hasard, le chien fait dans la chambre, alors il est encore battu. Il y a huit ans que cela dure. Céleste dit toujours que « c’est malheureux », mais au fond, personne ne peut savoir. Quand je l’ai rencontré dans l’escalier, Salamano était en train d’insulter son chien. Il lui disait : « Salaud ! Charogne !» et le chien gémissait. J’ai dit : « Bonsoir », mais le vieux insultait toujours. Alors je lui ai demandé ce que le chien lui avait fait. Il ne m’a pas répondu. Il disait seulement : « Salaud ! Charogne !» Je le devinais, penché sur son chien, en train d’arranger quelque chose sur le collier. J’ai parlé plus fort. Alors sans se retourner, il m’a répondu avec une sorte de rage rentrée : « Il est toujours là. » Puis il est parti en tirant la bête qui se laissait traîner sur ses quatre pattes, et gémissait.

 

 Extrait du corrigé

Albert Camus : écrivain, dramaturge et philosophe né le 7 novembre 1913 en Algérie et mort le 4 janvier 1960 dans l'Yonne. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1957.

 

L’Étranger :

- Roman paru en 1942 et appartenant au « cycle de l'absurde », trilogie composée d’un roman (L’Étranger), d’un essai (Le Mythe de Sisyphe) et d’une pièce de théâtre (Caligula) décrivant les fondements de la philosophie camusienne : l’absurde.

NB : Camus a écrit « Si tu veux être philosophe, écris des romans ».

- Roman qui a pour personnage principal (qui ne peut pas vraiment recevoir le qualificatif de « héros ») Meursault, un être mystérieux, qui ne se conforme pas aux canons de la morale sociale, semblant étranger au monde et à lui-même.

 

Extrait étudié : Meursault rencontre son voisin et son chien.

 

I- Le vieil homme et son vieux chien

            A- Les voisins de Meursault

• Meursault ne fait pas toujours attention.

Ex : « j’ai heurté le vieux Salamano… » > semble toujours un peu ailleurs.

• Meursault évoque son voisin, et son chien « épagneul ».

-  « Il y a huit ans qu’on les voit ensemble » :

- constat > ils sont toujours l’un avec l’autre.

> Ils fonctionnent comme un vieux couple.  Ils ont leurs habitudes.

Ex : « Deux fois par jour, à onze heures et à six heures » ; « ils n’ont pas changé leur itinéraire » > leur vie est réglée cmme du papier à musique.

• Montrez que l’épagneul comme son maître ne sont pas en grande forme et ne sont guère beaux.

Cf. « vieux Salamano » > expression plutôt populaire. ; « croûtes rougeâtres sur le visage » ; « le poil jaune et rare » ; « vieux Salamano bute » …

Le vieillard n’est pas en forme.

Cf. « une maladie de peau, le rouge, je crois, qui lui fait perdre presque tous ses poils et qui le couvre de plaques et de croûtes brunes » > maladie + sorte de dégoût.

Le chien est plutôt répugnant.