fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : François Villon, Ballade des pendus | Commentaires composés | Villon | Poésie

Commentaires composés | Villon | Poésie

François Villon, Ballade des pendus

François Villon, « L'Épitaphe de Villon » ou « Ballade des pendus »

 

1.      Frères humains, qui après nous vivez,

2.      N'ayez les coeurs contre nous endurcis,

3.      Car, si pitié de nous pauvres avez,

4.      Dieu en aura plus tôt de vous mercis.

5.      Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :

6.      Quant à la chair, que trop avons nourrie,

7.      Elle est piéça dévorée et pourrie,

8.      Et nous, les os, devenons cendre et poudre.

9.      De notre mal personne ne s'en rie ;

10. Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

 

11. Se frères vous clamons, pas n'en devez

12. Avoir dédain, quoique fûmes occis

13. Par justice. Toutefois, vous savez

14. Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.

15. Excusez-nous, puisque sommes transis,

16. Envers le fils de la Vierge Marie,

17. Que sa grâce ne soit pour nous tarie,

18. Nous préservant de l'infernale foudre.

19. Nous sommes morts, âme ne nous harie,

20. Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

 

21. La pluie nous a débués et lavés,

22. Et le soleil desséchés et noircis.

23. Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,

24. Et arraché la barbe et les sourcils.

25. Jamais nul temps nous ne sommes assis

26. Puis çà, puis là, comme le vent varie,

27. A son plaisir sans cesser nous charrie,

28. Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.

29. Ne soyez donc de notre confrérie ;

30. Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

 

31. Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,

32. Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :

33. A lui n'ayons que faire ne que soudre.

34. Hommes, ici n'a point de moquerie ;

35. Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

 

 Extrait du corrigé :

François Villon (1431- ?) est un poète du Moyen Âge, resté célèbre pour son poème « La Ballade des pendus ».

Il est poète mais aussi bandit et fait de la prison. 

 

La ballade : poème à forme fixe composé de trois couplets et d'une demi-strophe, appelée envoi, et chaque strophe se termine par le même vers, qui fait office de refrain.

 

La « Ballade des pendus » est en effet un poème composé de 4 strophes :

- 35 décasyllabes > vers de 10 syllabes.

- 3 dizains, strophes de 10 vers ;

- 1 quintil, strophe de 5 vers

- chaque strophe se termine par « Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre ! ».

 

Ce poème est considéré comme le testament de Villon, il l’a écrit alors qu’il pensait qu’il allait être pendu.

 

 

Qualité des rimes :

- Rimes pauvres (1 son en commun)

Ex : « rassis ; transis» {i}

 

- Rimes suffisantes (2 sons communs).

Ex : « vivez ; avez » {v e} ; « mercis ; six» {s i} ;

 

- Rimes riches (3 sons communs et plus).

Ex : « foudre ; absoudre» {u d r} ; « tarie ; harie » {a r i}

 

> Notez la musicalité du poème. Ballade médiévale.

 

I- Les pendus

            A- Des morts aux vivants

• Le poète prend la parole et s’adresse directement aux hommes.

Cf. « Frères humains, qui après nous vivez, »

> « humains » ; « vivez »… > Il s’adresse aux vivants.

Le poète se place déjà dans la position de celui qui n’est plus de ce monde.