fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Balzac, Le Cousin Pons, chapitre XII - Le portrait de Madame Cibot | Commentaires composés | Balzac | roman

Commentaires composés | Balzac | roman

Balzac, Le Cousin Pons, chapitre XII - Le portrait de Madame Cibot

Balzac, Le Cousin Pons – Madame Cibot, ancienne belle écaillère…

 

Madame Cibot, ancienne belle écaillère, avait quitté son poste au Cadran-Bleu par amour pour Cibot, à l’âge de vingt-huit ans, après toutes les aventures qu’une belle écaillère rencontre sans les chercher. La beauté des femmes du peuple dure peu, surtout quand elles restent en espalier à la porte d’un restaurant. Les chauds rayons de la cuisine se projettent sur les traits qui durcissent, les restes de bouteilles bus en compagnie des garçons s’infiltrent dans le teint, et nulle fleur ne mûrit plus vite que celle d’une belle écaillère. Heureusement pour madame Cibot, le mariage légitime et la vie de concierge arrivèrent à temps pour la conserver ; elle demeura comme un modèle de Rubens, en gardant une beauté virile que ses rivales de la rue de Normandie calomniaient, en la qualifiant de grosse dondon. Ses tons de chair pouvaient se comparer aux appétissants glacis des mottes de beurre d’Isigny ; et nonobstant son embonpoint, elle déployait une incomparable agilité dans ses fonctions. Madame Cibot atteignait à l’âge où ces sortes de femmes sont obligées de se faire la barbe. N’est-ce pas dire qu’elle avait quarante-huit ans ? Une portière à moustaches est une des plus grandes garanties d’ordre et de sécurité pour un propriétaire. Si Delacroix avait pu voir madame Cibot posée fièrement sur son balai, certes il en eût fait une Bellone !

 

Extrait du corrigé

Honoré de Balzac (1799-1850) : romancier, critique littéraire, essayiste, journaliste et écrivain.

Auteur de la Comédie Humaine, cycle cohérent de plusieurs dizaines de romans, nouvelles, contes philosophiques a pour ambition de décrire de façon quasi-exhaustive la société française de son temps ou, selon la formule célèbre, de faire « concurrence à l'état-civil ».

 

Le Cousin Pons : roman paru en 1847.

Sylvain Pons, vieux compositeur de musique, a connu son heure de gloire sous l'Empire et mène désormais une existence humble, auprès de son ami Schmucke, musicien lui aussi. Ce vieux garçon a deux passions : la gourmandise et le bric-à-brac, passion qui va le conduire à constituer un petit trésor, dont il ignore la valeur mais qu’il va se faire dérober.  

 

Extrait étudié : portrait de Mme Cibot, dont le mari est le concierge de l'immeuble où habitent Pons et Schmucke. C'est aussi la femme de ménage des deux musiciens (> c’est elle qui découvrira la richesse insoupçonnée de Pons).

 

Quelle image est donnée de Mme Cibot ?

 

I- Une ancienne écaillère

            A- Le passé de Mme Cibot

• Dans ce portrait, le narrateur commence par évoquer l’histoire antérieure de Mme Cibot.

- Le narrateur insiste sur « belle écaillère » :

- l’écaillère était la personne qui ouvrait les huîtres et les coquillages, et les vendait.

> Femme du peuple.

- « belle » > jugement de valeur. Beauté.

- « belle écaillère » : manière dont on pouvait la désigner alors.

- « ancienne belle écaillère » : le « ancienne » concerne-t-il seulement son métier ou aussi sa beauté ?

• « après toutes les aventures qu’une belle écaillère… » > sous-entendu.

Cf. « les bouteilles bus en compagnie des garçons »