fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Rostand, Cyrano de Bergerac, acte IV, scène 10 | Commentaires composés | Rostand | Théâtre

Commande Suspendue
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

Fiche
Méthodologie
Méthodologie
Oral
Retour
liste
Commentaires composés | Rostand | Théâtre

Rostand, Cyrano de Bergerac, acte IV, scène 10

 Scène X

ROXANE, CYRANO, puis LE BRET, CARBON, les cadets, RAGUENEAU, DE GUICHE, etc…

 

Roxane.

Importante ?

Cyrano, éperdu.

Il s’en va !…
(À Roxane.)

Rien… Il attache, -– oh ! Dieu ! Vous devez le connaître ! --
De l’importance à rien !

Roxane, vivement.

Il a douté peut-être
De ce que j’ai dit là ?… J’ai vu qu’il a douté !…

Cyrano, lui prenant la main.

Mais vous avez bien dit, d’ailleurs, la vérité ?

Roxane.

Oui, oui, je l’aimerais même…
(Elle hésite une seconde.)

 

Cyrano, souriant tristement.

Le mot vous gêne
Devant moi ?

Roxane.

Mais…

Cyrano.

Il ne me fera pas de peine !
— Même laid ?

Roxane.

Même laid !
(Mousqueterie au-dehors.)

Ah ! Tiens, on a tiré !

Cyrano, ardemment.

Affreux ?

Roxane.

Affreux !

Cyrano.

Défiguré ?

Roxane.

Défiguré !

Cyrano.

Grotesque ?

Roxane.

Rien ne peut me le rendre grotesque !

Cyrano.

Vous l’aimeriez encore ?

Roxane.

Et davantage presque !

Cyrano, perdant la tête, à part.

Mon Dieu, c’est vrai, peut-être, et le bonheur est là.
(À Roxane.)

Je… Roxane… écoutez !…

Le bret, entrant rapidement, appelle à mi-voix.

Cyrano !

Cyrano, se retournant.

Hein ?

Le bret.

Chut !
(Il lui dit un mot tout bas.)

 

Cyrano, laissant échapper la main de Roxane, avec un cri.

Ah !…

Roxane.

Qu’avez-vous ?

Cyrano, à lui-même, avec stupeur.

C’est fini.
(Détonations nouvelles.)

 

Roxane.

Quoi ? Qu’est-ce encore ? On tire ?
(Elle remonte pour regarder au-dehors.)

 

Cyrano.

C’est fini, jamais plus je ne pourrai le dire !

Roxane, voulant s’élancer.

Que se passe-t-il ?

Cyrano, vivement, l’arrêtant.

Rien !
(Des cadets sont entrés, cachant quelque chose qu’ils portent, et ils forment un groupe empêchant Roxane d’approcher.)

 

Roxane.

Ces hommes ?

Cyrano, l’éloignant.

Laissez-les !…

Roxane.

Mais qu’alliez-vous me dire avant ?…

Cyrano.

Ce que j’allais
Vous dire ?… rien, oh ! Rien, je le jure, madame !
(Solennellement.)

Je jure que l’esprit de Christian, que son âme
Étaient…
(Se reprenant avec terreur.)

Sont les plus grands…

Roxane.

Étaient ?
(Avec un grand cri.)

Ah !…
(Elle se précipite et écarte tout le monde.)

 

Cyrano.

C’est fini.

Roxane, voyant Christian couché dans son manteau.

Christian !

Le Bret, à Cyrano.

Le premier coup de feu de l’ennemi !
(Roxane se jette sur le corps de Christian. Nouveaux coups de feu. Cliquetis. Tambours.)

 

Carbon, l’épée au poing.

C’est l’attaque ! Aux mousquets !
(Suivi des cadets, il passe de l’autre côté du talus.)

 

Roxane.

Christian !

La voix de Carbon, derrière le talus.

Qu’on se dépêche !

Roxane.

Christian !

Carbon.

Alignez-vous !

Roxane.

Christian !

Carbon.

Mesurez… mèche !
(Ragueneau est accouru, apportant de l’eau dans un casque.)

 

Christian, d’une voix mourante.

Roxane !…

Cyrano, vite et bas à l’oreille de Christian, pendant que Roxane affolée trempe dans l’eau, pour le panser, un morceau de linge arraché à sa poitrine.

J’ai tout dit. C’est toi qu’elle aime encor !
(Christian ferme les yeux.)

Roxane.

Quoi, mon amour ?

Carbon.

Baguette haute !

Roxane, à Cyrano.

Il n’est pas mort ?…

Carbon.

Ouvrez la charge avec les dents !

Roxane.

Je sens sa joue
Devenir froide, là, contre la mienne !

Carbon.

En joue !

Roxane.

Une lettre sur lui !
(Elle l’ouvre.)

Pour moi !

Cyrano, à part.

Ma lettre !

Carbon.

Feu !
(Mousqueterie. Cris. Bruit de bataille.)

 

Cyrano, voulant dégager sa main que tient Roxane agenouillée.

Mais Roxane on se bat !

Roxane, le retenant.

Restez encore un peu.
Il est mort. Vous étiez le seul à le connaître.
(Elle pleure doucement.)

— N’est-ce pas que c’était un être exquis, un être
Merveilleux ?

Cyrano, debout, tête nue.

Oui, Roxane.

Roxane.

Un poète inouï,
Adorable ?

Cyrano.

Oui, Roxane.

Roxane.

Un esprit sublime ?

Cyrano.

Oui,
Roxane !

Roxane.

Un cœur profond, inconnu du profane,
Une âme magnifique et charmante ?

Cyrano, fermement.

Oui, Roxane !

Roxane, se jetant sur le corps de Christian.

Il est mort !

Cyrano, à part, tirant l’épée.

Et je n’ai qu’à mourir aujourd’hui,
Puisque, sans le savoir, elle me pleure en lui !