fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : La poésie permet-elle seulement de porter un regard neuf sur le monde ? | Dissertations

Dissertations

La poésie permet-elle seulement de porter un regard neuf sur le monde ?

 Extrait du corrigé :

La poésie permet-elle seulement de porter un regard neuf sur le monde ?

 

La poésie offre un regard différent sur le monde.

Le poète peut être celui qui s’engage et cherche à démontrer des soucis du monde.

À quoi sert la poésie ?

 

I- Un autre regard sur le monde

A- Poétisation du non poétique => du quotidien

• Évoquez le poète Ponge et son recueil Parti pris des choses => Volonté de Ponge d’être le poète du quotidien, du matériel, des objets et des choses.

- L’intérêt du poète se porte sur des objets poétiques inattendus, tels un cageot, une bougie, une figue (sèche), une cigarette, une huître, une crevette, un galet, la fermeture et l’ouverture d’une porte (« les Plaisirs de la porte »)….

Ex : dans « Les poêles » => Texte teinté d’humour qui prend la défense et loue un objet quotidien : les poêles. « Mais comment, à ces tours modestes de chaleur, témoigner bien notre reconnaissance ? »

=> La fonction du poète pour Ponge est de renouveler notre regard pour mieux pénétrer dans cette connaissance profonde de l'univers, pour entrer en communion avec ces objets familiers.

• Montrez aussi que Hugo fait de la poésie avec des termes simples, quotidiens. Cf. « Souvenir de la nuit du 4 » dans Les Châtiments. Art du récit, de la peinture d’intérieur (avec l’armoire, la petite toupie, le rameau béni, les draps…) => simplicité du lieu. Enfant qui allait en classe…

Cf. aussi le poème où Hugo parle des petits doigts de Léopoldine tâchés d’encre => simplicité, quotidien mais devient beau, poétique.