fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Dans la préface d’une anthologie, c’est-à-dire d’un recueil constitué d’une sélection de textes, un éditeur justifie son choix de regrouper uniquement des poèmes inspirés par l’éloignement, le manque ou les vides de la vie. Vous rédigerez cette préface solidement argumentée. | Ecritures d'invention | Poésie

Ecritures d'invention | Poésie

Dans la préface d’une anthologie, c’est-à-dire d’un recueil constitué d’une sélection de textes, un éditeur justifie son choix de regrouper uniquement des poèmes inspirés par l’éloignement, le manque ou les vides de la vie. Vous rédigerez cette préface solidement argumentée.

 Extrait du corrigé :

Dans la préface d’une anthologie, c’est-à-dire d’un recueil constitué d’une sélection de textes, un éditeur justifie son choix de regrouper uniquement des poèmes inspirés par l’éloignement, le manque ou les vides de la vie. Vous rédigerez cette préface solidement argumentée.

 

            Nous avons réuni dans ce recueil des poèmes de siècles différents, de poètes différents, de styles différents, mais qui tous sont inspirés par l’éloignement, le manque ou les vides de la vie. Cela peut sembler joyeux, mais ce choix est guidé par notre conception de la poésie. Pour certains, la poésie est engagement politique, cri poussé contre un régime. Pour d’autres, elle est un chant de l’amour. Pour nous, la poésie est le lieu de l’épanchement, et plus précisément de l’épanchement lorsque l’on souffre. Les poètes ont d’ailleurs souvent écrit sur ce thème. On pense évidemment au fameux « ô temps suspens ton vol », vers célèbre du « Lac » de Lamartine : on imagine le jeune poète, assis sur les bords du lac du Bourget, attendant Julie / Elvire qui, trop malade, ne le rejoindra pas et qui s’éteindra quelques mois plus tard.

            Prenons par exemple « Notre vie » de Paul Eluard