fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : ROUSSEAU, Rêveries du Promeneur solitaire, Cinquième Promenade - De toutes les habitations où j'ai demeuré... | Commentaires composés | Rousseau

Commentaires composés | Rousseau

ROUSSEAU, Rêveries du Promeneur solitaire, Cinquième Promenade - De toutes les habitations où j'ai demeuré...

              ROUSSEAU, Rêveries du Promeneur solitaire, Cinquième Promenade – De toutes les habitations où j'ai demeuré

 

De toutes les habitations où j'ai demeuré (et j'en ai eu de charmantes), aucune ne m'a rendu si véritablement heureux et ne m'a laissé de si tendres regrets que l'île de Saint-Pierre au milieu du lac de Bienne. Cette petite île qu'on appelle à Neuchâtel l'île de La Motte est bien peu connue, même en Suisse. Aucun voyageur, que je sache, n'en fait mention. Cependant elle est très agréable et singulièrement située pour le bonheur d'un homme qui aime à se circonscrire1; [...] Les rives du lac de Bienne sont plus sauvages et romantiques que celles du lac de Genève, parce que les rochers et les bois y bordent l'eau de plus près, mais elles ne sont pas moins riantes. S'il y a moins de culture de champs et de vignes, moins de villes et de maisons, il y aussi plus de verdure naturelle, plus de prairies, d'asiles ombragés de bocages, des contrastes plus fréquents et des accidents2 plus rapprochés. Comme il n'y a pas sur ces heureux bords de grandes routes commodes pour les voitures, le pays est peu fréquenté par les voyageurs, mais il est intéressant pour des contemplatifs solitaires qui aiment à s'enivrer à loisir des charmes de la nature, et à se recueillir dans un silence que ne trouble aucun autre bruit que le cri des aigles, le ramage entrecoupé de quelques oiseaux, et le roulement des torrents qui tombent de la montagne ! [...] On ne m'a laissé passer guère que deux mois dans cette île, mais j'y aurais passé deux ans, deux siècles et toute l'éternité sans m'y ennuyer un moment, quoique je n'y eusse, avec ma compagne, d'autre société que celle du receveur, de sa femme et de ses domestiques, qui tous étaient à la vérité de très bonnes gens et rien de plus, mais c'était précisément ce qu'il me fallait. Je compte ces deux mois pour le temps le plus heureux de ma vie et tellement heureux qu'il m'eût suffi durant toute mon existence sans laisser naître un seul instant dans mon âme le désir d'un autre état.

 

1. se circonscrire : se limiter. 2. accidents : mouvements, déformations de terrain.

 Extrait du corrigé

Les Rêveries du promeneur solitaire : ouvrage inachevé de Jean-Jacques Rousseau rédigé entre 1776 et 1778 et publié à titre posthume.

 

Les Rêveries du promeneur solitaire tiennent à la fois de l’autobiographie et de la réflexion philosophique, l’auteur employant très généralement la première personne du singulier et apportant par digressions quelques détails sur sa vie. Ces Rêveries cherchent à produire chez le lecteur un sentiment d’empathie, un huis clos, qui permettrait à travers l’auteur de mieux se saisir lui-même.

 

NB : 5e promenade => moitié du livre. Pause pour parler de l’île (et de lui).

 

 

I- Un lieu idyllique 

              A- Le bonheur

• Superlatifs : « aucune ne m'a rendu si véritablement heureux » ; « Aucun » ; « aucun autre bruit » => lieu unique.

• Champ lexical du bonheur : « bonheur, heureux × 4… ». « le plus heureux de ma vie ».

=> Bonheur pur dans cette île. Bonheur jamais retrouvé.