fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Maupassant, La parure. Or, un dimanche, comme elle était allée faire un tour aux Champs-Elysées... | Commentaires composés | Maupassant | Nouvelle

Commande Suspendue
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

Fiche
Méthodologie
Méthodologie
Oral
Retour
liste
Commentaires composés | Maupassant | Nouvelle

Maupassant, La parure. Or, un dimanche, comme elle était allée faire un tour aux Champs-Elysées...

 Or, un dimanche, comme elle était allée faire un tour aux Champs-Elysées pour se délasser des besognes de la semaine, elle aperçut tout à coup une femme qui promenait un enfant. C'était Mme Forestier, toujours jeune, toujours belle, toujours séduisante.
    Mme Loisel se sentit émue. Allait-elle lui parler? Oui, certes. Et maintenant qu'elle avait payé, elle lui dirait tout. Pourquoi pas?
    Elle s'approcha.
    - Bonjour, Jeanne.
    L'autre ne la reconnaissait point, s'étonnant d'être appelée ainsi familièrement par cette bourgeoise. 
    Elle balbutia:
    - Mais... madame !... Je ne sais... Vous devez vous tromper.
    - Non. Je suis Mathilde Loisel. 
    Son amie poussa un cri.
    - Oh !... ma pauvre Mathilde, comme tu es changée !...
    - Oui, j'ai eu des jours bien durs, depuis que je ne t'ai vue; et bien des misères... et cela à cause de toi !...
    - De moi... Comment ça?
    - Tu te rappelles bien cette rivière de diamants que tu m'as prêtée pour aller à la fête du Ministère.
    - Oui. Eh bien?
    - Eh bien, je l'ai perdue.
    - Comment ! puisque tu me l'as rapportée.
    - Je t'en ai rapporté une autre toute pareille. Et voilà dix ans que nous la payons. Tu comprends que ça n'était pas aisé pour nous, qui n'avions rien... Enfin c'est fini, et je suis rudement contente.
    Mme Forestier s'était arrêtée. 
    - Tu dis que tu as acheté une rivière de diamants pour remplacer la mienne?
    - Oui. Tu ne t'en étais pas aperçue, hein ! Elles étaient bien pareilles.
    Et elle souriait d'une joie orgueilleuse et naïve.
    Mme Forestier, fort émue, lui prit les deux mains.
    - Oh ! ma pauvre Mathilde ! Mais la mienne était fausse. Elle valait au plus cinq cents francs !...