fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Ponge, Le Morceau de viande | Commentaires composés | Ponge | Poème en prose

Commentaires composés | Ponge | Poème en prose

Ponge, Le Morceau de viande

Ponge, Le Parti pris des choses, « Le Morceau de viande ».

 

Chaque morceau de viande est une sorte d'usine, moulins et pressoirs à sang.

Tubulures, hauts fourneaux, cuves y voisinent avec les marteaux-pilons, les coussins de graisse.

La vapeur y jaillit, bouillante. Des feux sombres ou clairs rougeoient.

Des ruisseaux à ciel ouvert charrient des scories avec le fiel.

Et tout cela refroidit lentement à la nuit, à la mort.

Aussitôt, sinon la rouille, du moins d'autres réactions chimiques se produisent, qui dégagent des odeurs pestilentielles.

 

Extrait du corrigé :

Francis Ponge (1899-1988) : poète qui depuis son jeune âge éprouve une violente révolte contre le parler ordinaire : « N'en déplaise aux paroles elles-mêmes, étant donné les habitudes que dans tant de bouches infectes elles ont contractées, il faut un certain courage pour se décider non seulement à écrire, mais même à parler » (Proêmes, « Des Raisons d'écrire »). Poète qui écrira principalement des poèmes en prose.

 

Ponge => Volonté d’être le poète du quotidien, du matériel, des objets et des choses.

 

« Le morceau de viande » est un poème qui figure dans le recueil de Ponge Le Parti pris des choses.

Recueil publié en 1942 => L’intérêt du poète se porte sur des objets poétiques inattendus, tels un cageot, une bougie, une cigarette, une huître, une crevette, un galet… et dans ce poème : un morceau de viande.

NB : le titre même du poème n’est guère poétique !

 

 Poème en prose (qui ne ressemble pas vraiment à un poème).

En quoi ce court texte sur un objet inattendu est-il un véritable poème ?

 

I- Un objet quotidien dans un poème 

            A- Le recueil

Le Parti pris des choses : Recueil d’une trentaine de textes (« le savon, l’huître, le cageot, le pain, le mimosa, les poêles…. » => volonté de Ponge d’être le poète du quotidien, du matériel, des objets et des choses.

Ponge prend « le parti des choses », veut s’intéresser aussi à elle : loin de percevoir et de montrer le monde à travers sa subjectivité de poète (Ponge est anti-poésie lyrique.), il cherche ainsi à leur donner par les mots la possibilité d’une expression, d’une existence.

=> rend poétiques ces choses, rend poétique « le morceau de viande ».

 

            B- Le texte

• « Le morceau de viande » > ce qui se mange. En désigne un en particulier ? Viande > carnivore.

• 6 phrases, 6 vers ? Passage à la ligne.

Ligne 1- Généralisation avec « Chaque morceau de viande ».

Ligne 2- Énumération.

Ligne 3- 2 courtes phrases.

Lignes 4 et 5 - Une phrase.

Ligne 6- Une phrase, la plus longue du poème.

=> Il ne s’agit pas vraiment d’un paragraphe, car il y a des retours à la ligne successifs. Strophe ?

• NB : ce texte ne raconte rien, n’est pas résumable => poème en prose.