fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Daniel Defoe, Robinson Crusoé, 1719. | Commentaires composés | Defoe

Commentaires composés | Defoe

Daniel Defoe, Robinson Crusoé, 1719.
Au bout d'environ dix ou douze jours que j'étais là, il me vint à l'esprit que je perdrais la connaissance du temps...

  

Au bout d'environ dix ou douze jours que j'étais là, il me vint à l'esprit que je perdrais la connaissance du temps, faute de livres, de plumes et d'encre, et même que je ne pourrais plus distinguer les dimanches des jours ouvrables. Pour éviter cette confusion, j'érigeai sur le rivage où j'avais pris terre pour la première fois, un gros poteau en forme de croix, sur lequel je gravai avec mon couteau, en lettres capitales, cette inscription :

J'ABORDAI ICI LE 30 SEPTEMBRE 1659

Sur les côtés de ce poteau carré, je faisais tous les jours une hoche[1], chaque septième hoche avait le double de la longueur des autres, et tous les premiers du mois j'en marquais une plus longue encore. Par ce moyen, j'entretins mon calendrier, ou le calcul de mon temps, divisé par semaines, mois et années. C'est ici le lieu d'observer que, parmi le grand nombre de choses que j'enlevai du vaisseau, dans les différents voyages que j'y fis, je me procurai beaucoup d'articles de moindre valeur, mais non pas d'un moindre usage pour moi, et que j'ai négligé de mentionner précédemment ; comme, par exemple, des plumes, de l'encre, du papier et quelques autres objets serrés dans les cabines du capitaine, du second, du canonnier et du charpentier ; trois ou quatre compas, des instruments de mathématiques, des cadrans, des lunettes d'approche, des cartes et des livres de navigation, que j'avais pris pêle-mêle sans savoir si j'en aurais besoin ou non. Je trouvai aussi trois fort bonnes bibles que j'avais reçues d'Angleterre avec ma cargaison, et que j'avais emballées avec mes hardes ; en outre, quelques livres portugais, deux ou trois de prières catholiques, et divers autres volumes que je conservai soigneusement. J'entrepris de me fabriquer les meubles indispensables dont j'avais le plus besoin, spécialement une chaise et une table. Sans cela je ne pouvais jouir du peu de bien-être que j'avais en ce monde ; sans une table, je n'aurai pu écrire ou manger, ni faire quantité de choses avec tant de plaisir. Ce fut seulement alors que je me mis à tenir un journal de mon occupation de chaque jour ; car dans les commencements, j'étais trop embarrassé de travaux et j'avais l'esprit dans un trop grand trouble ; mon journal n'eut été rempli que de choses attristantes. Par exemple, il aurait fallu que je parlasse ainsi : "Le 30 septembre, après avoir gagné le rivage ; après avoir échappé à la mort, au lieu de remercier Dieu de ma délivrance, ayant rendu d'abord une grande quantité d'eau salée, et m'étant assez bien remis, je courus çà et là sur le rivage, tordant mes mains, frappant mon front et ma face, invectivant contre ma misère, et criant : "Je me suis perdu ! perdu !..." jusqu'à ce qu'affaibli et harassé, je fusse forcé de m'étendre sur le sol, où je n'osai pas dormir de peur d'être dévoré." Ayant surmonté ces faiblesses, mon domicile et mon ameublement étant établis aussi bien que possible, je commençai mon journal dont je vais ici vous donner la copie (encore qu'il comporte la répétition de tous les détails précédents) aussi loin que je pus le poursuivre ; car mon encre une fois usée, je fus dans la nécessité de l'interrompre.



[1] Encoche.

 

 

 

Extrait du corrigé :

 Daniel Defoe, de son vrai nom Daniel Foe (1660-1731) : aventurier, commerçant, agent politique et écrivain anglais connu pour être l’auteur de Moll Flander et surtout de Robinson Crusoé.

 

Robinson Crusoé => titre complet de l'ouvrage, traduit en français : La Vie et les aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoé de York, marin, qui vécut 28 ans sur une île déserte sur la côte de l'Amérique, près de l'embouchure du grand fleuve Orénoque, suite à un naufrage où tous périrent à l'exception de lui-même, et comment il fut délivré d'une manière tout aussi étrange par des pirates. Écrite par lui-même.

Roman publié en 1719 qui raconte le naufrage et surtout la vie sur l’île déserte du personnage central et éponyme. Defoe a été probablement inspiré par l'histoire d'un marin écossais nommé Alexandre Selkirk récupéré par l'expédition Woodes Rogers en 1709 après avoir vécu quatre ans sur une île inhabitée au large des côtes chiliennes.

 

Robinson Crusoé : roman de la solitude, roman de héros isolé par punition.

NB : roman qui n’était pas pour enfants à l’origine => ce sont les enfants qui se le sont appropriés (puis, mode des « robinsonnades »).

 

I- Un roman insulaire :

              A- Exotisme, aventures

• Roman : évasion => île.

• Voyage, aventures (pour le lecteur) : « J'ABORDAI ICI LE 30 SEPTEMBRE 1659 » ; « vaisseau » ; « gagné le rivage » ; « différents voyages » : exotisme…

• Héros : a échoué => dénuement de biens matériels ; manques : « faute de livres, de plumes et d'encre ». « mes hardes » => n’a plus rien de vraiment « important » pour le monde civilisé.

• « un gros poteau » ; « gravai avec mon couteau » (le poteau se transforme en calendrier). Exotisme pour un lecteur : le héros loin de tout, fait, construit avec ses mains.