fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte III, scène 12 | Commentaires composés | Molière | Théâtre

Commande Suspendue
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

Fiche
Méthodologie
Méthodologie
Oral
Retour
liste
Commentaires composés | Molière | Théâtre

Molière, Le Bourgeois gentilhomme, acte III, scène 12

 Monsieur Jourdain

Touchez là, Monsieur : ma fille n’est pas pour vous.

Cléonte
Comment ?

Monsieur Jourdain
Vous n’êtes point gentilhomme, vous n’aurez pas ma fille.

Madame Jourdain
Que voulez-vous donc dire avec votre gentilhomme ? Est-ce que nous sommes, nous autres, de la côte de saint Louis ?

Monsieur Jourdain
Taisez-vous, ma femme : je vous vois venir.

Madame Jourdain
Descendons-nous tous deux que de bonne bourgeoisie ?

Monsieur Jourdain
Voilà pas le coup de langue ?

Madame Jourdain
Et votre père n’était-il pas marchand aussi bien que le mien ?

Monsieur Jourdain
Peste soit de la femme ! Elle n’y a jamais manqué. Si votre père a été marchand, tant pis pour lui ; mais pour le mien, ce sont des malavisés qui disent cela. Tout ce que j’ai à vous dire, moi, c’est que je veux avoir un gendre gentilhomme.

Madame Jourdain
Il faut à votre fille un mari qui lui soit propre, et il vaut mieux pour elle un honnête homme riche et bien fait, qu’un gentilhomme gueux et mal bâti.

Nicole
Cela est vrai. Nous avons le fils du gentilhomme de notre village, qui est le plus grand malitorne et le plus sot dadais que j’aie jamais vu.

Monsieur Jourdain
Taisez-vous, impertinente. Vous vous fourrez toujours dans la conversation. J’ai du bien assez pour ma fille, je n’ai besoin que d’honneur, et je la veux faire marquise.

Madame Jourdain
Marquise ?

Monsieur Jourdain
Oui, marquise.

Madame Jourdain
Hélas ! Dieu m’en garde !