fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : On oppose souvent le roman, au sens moderne du mot, c'est-à-dire tel qu'il apparaît en Occident en gros avec Cervantès, à l'épopée, en disant que celle-ci raconte les aventures d'un groupe, celui-là d'un individu; mais depuis Balzac au moins, il est clair que le roman dans ses formes les plus hautes prétend dépasser cette opposition et raconter par l'intermédiaire d'aventures individuelles le mouvement de toute une société. Que pensez-vous de cet avis de Michel Butor ? | Dissertations

Dissertations

On oppose souvent le roman, au sens moderne du mot, c'est-à-dire tel qu'il apparaît en Occident en gros avec Cervantès, à l'épopée, en disant que celle-ci raconte les aventures d'un groupe, celui-là d'un individu; mais depuis Balzac au moins, il est clair que le roman dans ses formes les plus hautes prétend dépasser cette opposition et raconter par l'intermédiaire d'aventures individuelles le mouvement de toute une société. Que pensez-vous de cet avis de Michel Butor ?

Extrait du corrigé :

I- Le roman et l’individu

=> Peinture de l’âme humaine, à travers la peinture des personnages.

A- Peinture des personnages

• Cf. les types de Balzac. Sur le plan physique : le personnage est solidement campé dans un corps avec ses traits caractéristiques, et des détails particuliers susceptibles de suggérer des traits psychologiques. Cf. Balzac donne de nombreuses précisions sur le cadre de vie et les habitudes du personnage et de ses proches. Ex : Dans Eugénie Grandet => découverte (et description) de Grandet père (> type de l’avare), d’Eugénie et de sa mère, de la Grande Nanon mais aussi de plusieurs habitants de Saumur et de Charles.

• Cf. Zola : introduit aussi la langue du peuple dans ses romans. « C'est une oeuvre de vérité, le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l'odeur du peuple » => Zola au sujet de l’Assommoir. Zola (« ramasser et de couler dans un moule très travaillé la langue du peuple ») > Introduit aussi le jargon des métiers. Cf. dans La Bête humaine les détails sur les locomotives et le nom de La Lison.

 

            B- Des caractères non communs

NB : le roman doit captiver et pour beaucoup de romancier, faire connaître la nature humaine => intérêt porté aux personnages. Peinture du personnage => souvent différent, intéressant > digne d’être raconté…

• Les personnages de roman ont souvent de fortes personnalités. Ce sont des personnages complexes. Ex : la méchanceté de Folcoche. Cf. son règlement draconien toujours défaveur des enfants, son éducation faite de soupçons et de vexations : tonte des cheveux, fouilles, confiscations, sous-alimentation…. ou Félicité Rougon, petite femme arriviste…

            ∆) Le roman met en scène des personnages qui ne sont pas sans éclat, des personnages qui, au contraire, ont du tempérament ou une histoire étonnante – et si ce n’est pas le cas, l’écriture se charge de renforcer l’épique, l’extraordinaire de sa situation.