fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Molière, dans ses comédies, veut châtier les mœurs en riant. Votre lecture des pièces de théâtre et votre expérience de spectateur vous permet-elle de souscrire à cette ambition qui vise à faire du théâtre comique le lieu où l'on corrige les vices des hommes par le rire ? | Dissertations | Théâtre

Dissertations | Théâtre

Molière, dans ses comédies, veut châtier les mœurs en riant. Votre lecture des pièces de théâtre et votre expérience de spectateur vous permet-elle de souscrire à cette ambition qui vise à faire du théâtre comique le lieu où l'on corrige les vices des hommes par le rire ?
Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur le corpus proposé, la pièce étudiée en classe (Le Tartuffe) et sur votre connaissance d'autres pièces de théâtre.

 Molière, dans ses comédies, veut châtier les mœurs en riant.

Votre lecture des pièces de théâtre et votre expérience de spectateur vous permet-elle de souscrire à cette ambition qui vise à faire du théâtre comique le lieu où l'on corrige les vices des hommes par le rire ?

 

 

 

 

 Extrait du corrigé :

La comédie trouve son origine dans le cadre des Dionysies, fêtes en l’honneur du dieu du vin, où des cortèges burlesques dans lesquels on pouvait entendre des plaisanteries et des chansons défilaient.

 

Molière : « Le devoir de la comédie est de corriger les hommes en les divertissant ».

 

A quoi sert la comédie ?

Comment instruire, faire réfléchir tout en amusant ?

 

I- Le rire de la comédie

                        A- La farce

• La recherche du rire => les quiproquos, les rencontres fortuites, les retournements de situation, les coups de bâton.

Cf. Évoquez par exemple une pièce du Moyen Âge, Le Médecin malgré lui de Molière ou les vaudevilles de Feydeau (maris cocus, les amants dans le placard, pots de chambre…).

• Éléments récurrents (rassurants) : l’homme est souvent bête, alcoolique, rustre, ridicule. La femme est souvent rusée, revêche et avare, avec un amant ou au contraire trop belle pour son mari. On retrouve des personnages traditionnels comme Arlequin avec son bâton et sa bouteille, le valet fourbe, le mari qui porte les cornes…

∆) recherche du rire, rire franc : moment de détente.