fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : En quoi les sentiments ressentis par des personnages de romans ou de nouvelles nous instruisent-ils ? | Dissertations

Dissertations

En quoi les sentiments ressentis par des personnages de romans ou de nouvelles nous instruisent-ils ?

 Extrait du corrigé :

 

En quoi les sentiments ressentis par des personnages de romans ou de nouvelles nous instruisent-ils ?

 

Amour, jalousie, chagrin, avarice… les personnages des romans et des nouvelles ressentent de nombreuses émotions que peut avoir partagé le lecteur.

 

« instruisent » > faire réfléchir…

 

Le roman est le genre de l’évasion, des aventures, des histoires mais aussi le genre du réalisme, Stendhal disant par exemple que le roman « est un miroir que l’on promène le long des chemins ». Dans l’histoire, le romancier s’arrête parfois pour étudier plus précisément ses personnages.

 

            Comment les sentiments des personnages permettent au lecteur de réfléchir ?

 

I- La découverte de personnages et de leur environnement

            A- Importance des personnages

NB : le roman doit captiver et pour beaucoup de romancier, faire connaître la nature humaine => intérêt porté aux personnages. Peinture du personnage => souvent différent, intéressant > digne d’être raconté…

=> Importance accordée aux personnages (et donc à leurs aventures, à leurs pensées).

• Les personnages de roman ont souvent de fortes personnalités. Ce sont des personnages complexes.

Ex : Mme de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos ; ou Valmont dont le cynisme cache parfois une vraie tendresse.

Ex : la méchanceté de Folcoche dans Vipère au poing de Bazin. Cf. son règlement draconien toujours défaveur des enfants, son éducation faite de soupçons et de vexations : tonte des cheveux, fouilles, confiscations, sous-alimentation….

Ex : Félicité Rougon, que l’on retrouve dans de très nombreux romans des Rougon-Macquart, est caractérisée par son âpreté aux gains, son envie de pouvoir. L’image de cette petite femme manipulatrice est très marquante.