fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Diriez-vous, comme Aragon, que le roman est l'art du « mentir-vrai » ? | Dissertations

Dissertations

Diriez-vous, comme Aragon, que le roman est l'art du « mentir-vrai » ?

Extrait du corrigé :

La fiction relève du mensonge mais elle pourrait aussi éclairer sur la vie et dire le vrai.

 

              Roman : mensonge, fiction  / Vrai : dit des choses justes.

 

I- Le roman : l’illusion et le plaisir dans le « mensonge ».

              A- Les libertés de la fiction

• L’écrivain de fiction n’est pas tenu par un souci de réalisme. Ex : donner un exemple tiré de votre corpus ou de vos lectures personnelles. Evoque le sujet qu’il souhaite… (Par exemple, est-ce qu’une Miss Marple réelle, vraie, rencontrerait autant de meurtres et de meurtriers dans la vraie vie ? !).

• Fiction : liberté de l’écrivain qui crée l’histoire qu’il veut. Le romancier fait s’ajuster les événements qui arrivent comme il le souhaite (mort d’un personnage => arrivée du testament et de l’argent à Jean, au début de Pierre et Jean par exemple).

 

              B- L’invitation au voyage

Roman : évasion du lecteur. La littérature fait oublier les soucis l’espace du temps de la lecture le réel. L’écrivain écrit pour transporter son lecteur dans le monde qu’il a créé par les mots.

• Cf. les robinsonnades du XIXe siècle : Les Nouveaux Robinsons suisses et toute la vogue des histoires qui se déroulent sur une île déserte loin de tout. Exotisme.

• Longues description au xixe qui font rêver les lecteurs. À l’époque, pas de télévision : il faut s’occuper. On plonge ainsi dans le Paris de la Restauration avec Balzac.

• On rêve avec le héros. Cf. Emma Bovary qui lit elle-même beaucoup.

• Romans fleuves, romans rocambolesque => le lecteur est pris dans l’histoire, oublie son quotidien.