fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Molière, Le Médecin malgré lui, acte I, scène 1 | Commentaires composés | Molière | Théâtre

Commande Suspendue
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

Fiche
Méthodologie
Méthodologie
Oral
Retour
liste
Commentaires composés | Molière | Théâtre

Molière, Le Médecin malgré lui, acte I, scène 1

 Paraissant sur le théâtre en se querellant.

SGANARELLE:   Non, je te dis que je n'en veux rien faire, et que c'est à moi de parler et d'être le maître.

MARTINE:   Et je te dis, moi, que je veux que tu vives à ma fantaisie, et que je ne me suis point mariée avec toi pour souffrir tes fredaines.

SGANARELLE:   Oh ! la grande fatigue que doit d'avoir une femme! et qu'Aristote a bien raison, quand il dit qu'une femme est pire qu'un démon!

MARTINE:   Voyez un peu l'habile homme, avec son benêt d'Aristote!

SGANARELLE:   Oui, habile homme:   trouve-moi un faiseur de fagots qui sache, comme moi, raisonner des choses, qui ait servi six ans un fameux médecin, et qui ait su, dans son jeune âge, son rudiment par cœur.

MARTINE:   Peste du fou fieffé!

SGANARELLE:   Peste de la carogne!

MARTINE:   Que maudit soit l'heure et le jour où j'aviserai d'aller dire oui!

SGANARELLE:   Que maudit soit le bec cornu de notaire qui me fit signer ma ruine!

MARTINE:   C'est bien à toi, vraiment, à te plaindre de cette affaire. Devrais-tu être un seul moment sans rendre grâce au Ciel de m'avoir pour ta femme? et méritais-tu d'épouser une personne comme moi?

SGANARELLE:   Il est vrai que tu me fis trop d'honneur, et que j'eus lieu de me louer la première nuit de nos noces! Hé! morbleu! ne me fais point parler là-dessus:   je dirais de certaines choses...

MARTINE:   Quoi? que dirais-tu?

SGANARELLE:   Baste, laissons là ce chapitre. Il suffit que nous savons ce que nous savons, et que tu fus bien heureuse de me trouver.

MARTINE:   Qu'appelles-tu bien heureuse de te trouver? Un homme qui me réduit à l'hôpital, un débauché, un traître, qui me mange tout ce que j'ai?

SGANARELLE:   Tu as menti; j'en bois une partie.

MARTINE:   Qui me vend, pièce à pièce, tout ce qui est dans ce logis.

SGANARELLE:   C'est vivre de ménage.

MARTINE:   Qui m'a ôté jusqu'au lit que j'avais!...