fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Victor Hugo, Melancholia - Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? | Commentaires composés | Hugo | Poésie

Commentaires composés | Hugo | Poésie

Victor Hugo, Melancholia - Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?

Victor Hugo, Les Contemplations, Melancholia - Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?

 

1.     Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?

2.     Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?

3.     Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ?

4.     Ils s’en vont travailler quinze heures sous des meules ;

5.     Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement

6.     Dans la même prison le même mouvement.

7.     Accroupis sous les dents d’une machine sombre,

8.     Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l’ombre,

9.     Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,

10.  Ils travaillent. Tout est d’airain, tout est de fer.

11.  Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue.

12.  Aussi quelle pâleur ! La cendre est sur leur joue.

13.  Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.

14.  Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !

15.  Ils semblent dire à Dieu : — Petits comme nous sommes,

16.  Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! —

17.  Ô servitude infâme imposée à l’enfant !

18.  Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant

19.  Défait ce qu’a fait Dieu ; qui tue, œuvre insensée,

20.  La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée,

21.  Et qui ferait — c’est là son fruit le plus certain ! —

22.  D’Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !

23.  Travail mauvais qui prend l’âge tendre en sa serre,

24.  Qui produit la richesse en créant la misère,

25.  Qui se sert d’un enfant ainsi que d’un outil !

 

Extrait du corrigé :

Victor-Marie Hugo : écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris. Il est l’un des plus grands écrivains français et repose au Panthéon depuis le lundi 1er juin 1885.

Son œuvre est très diverse : romans, poésie lyrique, drames en vers et en prose, discours politiques à la Chambre des Pairs, correspondance abondante.

 

Les Contemplations > un recueil de 158 poèmes rassemblés en 6 livres que Victor Hugo a publié en 1856. La plupart des poèmes ont été écrits entre 1841 et 1855, mais les plus anciens datent de 1834.

Recueil d’inspiration autobiographique, écrit après la mort de Léopoldine, la fille du poète, et  considéré comme le chef-d’œuvre lyrique de Victor Hugo => Les Contemplations sont un recueil du souvenir, de l’amour, de la joie mais aussi de la mort, du deuil et même mystique.

 

Poème composé de 25 alexandrins > le vers noble de la poésie française, le vers hugolien par excellence.

• Disposition des rimes :

Rimes suivies, du type AABB.

Ex : « seules ; meules » ; « éternellement ; mouvement »…

 

• Qualité des rimes.

Rimes suffisantes (2 sons communs).

Ex : « sommes ; hommes ».

 

Rimes riches (3 et + sons communs).

Ex : « éternellement ; mouvement »

 

 

Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines.

 

 

Dans ce poème, Hugo dénonce le travail des enfants (comme dans Les Misérables).

 

I- Des enfants

            A- Question

• Le poème commence par une question.

« Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? » :

- opposition « tous » / « pas un seul ».

- Paradoxe > normalement les enfants sont gais.

- « ces » > démonstratif. Le poète nous les montre, nous les désigne.

• « vont » ; « cheminer » > enfants actifs.

 

            B- Des enfants malheureux