fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Apollinaire, Marie | Commentaires composés | Apollinaire | Poésie

Commentaires composés | Apollinaire | Poésie

Apollinaire, Marie

Apollinaire, Alcools, Marie

 

1.      Vous y dansiez petite fille

2.      Y danserez-vous mère-grand

3.      C'est la maclotte qui sautille

4.      Toute les cloches sonneront

5.      Quand donc reviendrez-vous Marie

 

6.      Les masques sont silencieux

7.      Et la musique est si lointaine

8.      Qu'elle semble venir des cieux

9.      Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine

10. Et mon mal est délicieux

 

11. Les brebis s'en vont dans la neige

12. Flocons de laine et ceux d'argent

13. Des soldats passent et que n'ai-je

14. Un cœur à moi ce cœur changeant

15. Changeant et puis encor que sais-je

 

16. Sais-je où s'en iront tes cheveux

17. Crépus comme mer qui moutonne

18. Sais-je où s'en iront tes cheveux

19. Et tes mains feuilles de l'automne

20. Que jonchent aussi nos aveux

 

21. Je passais au bord de la Seine

22. Un livre ancien sous le bras

23. Le fleuve est pareil à ma peine

24. Il s'écoule et ne tarit pas

25. Quand donc finira la semaine

 

 

 Extrait du corrigé :

Guillaume Apollinaire : poète et écrivain français, né sujet polonais de l'Empire russe. Né en 1880, il est mort pour la France le 9 novembre 1918 à Paris (il a participé à la Première Guerre mondiale > Affaibli par une blessure, il est  mort de la grippe espagnole).

Il est considéré comme l'un des poètes français les plus importants du début du XXe siècle.

 

Alcools est un recueil de poèmes, paru en 1913, et sur lequel Apollinaire a travaillé pendant 15 ans.

 

« Marie » > poème qui s’inscrit dans une tradition poétique, celle de l’amour et du poème d’amour, hommage à la femme aimée.

« Marie » > renvoie à la Marie des poèmes de Ronsard : « Marie où voudrait votre nom retourner /Il trouverait aimer : aimez-moi donc, Marie. »

 

> Ce poème nous amène à nous interroger sur l'amour et la manière dont il est à la fois une constante dans l'inspiration et une source de renouvellement poétique.

 

 

I- Poème à Marie

NB : le poète évoque probablement sa rupture avec la peintre Marie Laurencin.

            A- Un poème classique et moderne

- Poème composé de 5 quintils > cela n’est pas une forme traditionnelle (vs. le sonnet par exemple).  

- 24 octosyllabes + 1 alexandrin (vers noble, classique, hugolien de la poésie française).

- Poème sans aucune ponctuation > ce qui est traditionnel chez cet auteur, mais peu académique (vs. poésie classique).

• Disposition des rimes.

La 1e strophe ne rime pas vraiment, à part « fille » et « sautille ».

Autres strophes : rimes croisées, du type ABAB.

Ex : « neige » ; « argent » ; « n'ai-je » ; « changeant » ; « sais-je ».

• Qualité des rimes.

- Rimes pauvres (1 son commun). Ex : « bras ; pas » {a}

- Rimes suffisantes (2 sons communs). Ex : « argent ; changeant » {ʒ ɑ̃}

- Rimes riches (3 sons communs et plus). Ex : « silencieux ; cieux » {s i ø}

∆) Entre classicisme et modernité poétique.