fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Le poète et critique contemporain Jean-Michel Espitallier affirme : Si la poésie peut parler de fleurs, il lui arrive de parler de tractopelle, du journal de 20h ou de Shrek. Il lui arrive même de parler de poésie. Au fond le poète peut parler de tout (et de rien) mais là n'est pas vraiment le propos. Car le sujet n'est pas le sujet. Ce qui compte c'est la façon qu'il a de parler, de faire parler, d'en parler. | Dissertations | Poésie

Dissertations | Poésie

Le poète et critique contemporain Jean-Michel Espitallier affirme : Si la poésie peut parler de fleurs, il lui arrive de parler de tractopelle, du journal de 20h ou de Shrek. Il lui arrive même de parler de poésie. Au fond le poète peut parler de tout (et de rien) mais là n'est pas vraiment le propos. Car le sujet n'est pas le sujet. Ce qui compte c'est la façon qu'il a de parler, de faire parler, d'en parler.
Vous expliquerez cette opinion selon laquelle la poésie peut parler de tout (y compris d'elle même) puisque ce qui la définit est un usage particulier du langage.

 Extrait du corrigé :

            Le poète et critique contemporain Jean-Michel Espitallier affirme : « Si la poésie peut parler de fleurs, il lui arrive de parler de tractopelle, du journal de 20h ou de Shrek. Il lui arrive même de parler de poésie. Au fond le poète peut parler de tout (et de rien) mais là n'est pas vraiment le propos. Car le sujet n'est pas le sujet. Ce qui compte c'est la façon qu'il a de parler, de faire parler, d'en parler. »

 

            Vous expliquerez cette opinion selon laquelle la poésie peut parler de tout (y compris d'elle-même), puisque ce qui la définit est un usage particulier du langage.

 

=> Relations langage/ poésie.

 

I- L’écriture poétique 

Comment les poètes parviennent-ils à dire plus dans leurs vers ?

            A- Un langage particulier

• Du grec poeïen (fabriquer, produire), poésie=> art du langage « fabriqué » i.e différent, rythmé => poésie vs prose.

• Le langage poétique s’oppose au langage quotidien : plus personnel, plus complet. Fait appel à un effort de compréhension, à l’imagination, à l’utilisation de nombreuses métaphores qu’il faut décoder, à de nombreux synonymes. Métaphores, mages qui nous renvoient à des sensations, des odeurs, des parfums, par un jeu de correspondances habiles. La poésie remet en cause la syntaxe traditionnelle, le poète joue sur la musicalité, varie les sonorités avec les assonances, les allitérations).

• Le poète peut créer des mots nouveaux.

 Cf. le poème d’H. Michaux => il crée de nouveaux mots « Il l'emparouille et l'endosque contre terre ;/ Il le rague et le roupéte jusqu'à son drâle ; / Il le pratéle et le libucque et lui baroufle les ouillais ».

Travail des mots, travail de la langue. Mots-valises, néologismes… Même si on ne connaît pas les mots, on comprend dans ce poème l’horreur de la guerre.