fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Molière, Amphitryon, acte I, scène 2 | Commentaires composés | Molière | Théâtre

Commentaires composés | Molière | Théâtre

Molière, Amphitryon, acte I, scène 2

Molière, Amphitryon, acte I, scène 2.

 

SOSIE

    N’importe, je ne puis m’anéantir pour toi ;

        Et souffrir un discours, si loin de l’apparence.

Être ce que je suis, est-il en ta puissance ?

Et puis-je cesser d’être moi ?

S’avisa-t-on jamais d’une chose pareille !

Et peut-on démentir cent indices pressants ?

    Rêvé-je ? est-ce que je sommeille ?

Ai-je l’esprit troublé par des transports puissants ?

Ne sens-je pas bien que je veille ?

Ne suis-je pas dans mon bon sens ?

Mon maître Amphitryon, ne m’a-t-il pas commis,

        À venir, en ces lieux, vers Alcmène sa femme ?

Ne lui dois-je pas faire, en lui vantant sa flamme,

Un récit de ses faits contre nos ennemis ?

Ne suis-je pas du port arrivé tout à l’heure ?

Ne tiens-je pas une lanterne en main ?

    Ne te trouvé-je pas devant notre demeure ?

Ne t’y parlé-je pas d’un esprit tout humain ?

Ne te tiens-tu pas fort de ma poltronnerie,

Pour m’empêcher d’entrer chez nous ?

N’as-tu pas sur mon dos exercé ta furie ?

    Ne m’as-tu pas roué de coups ?

Ah ! tout cela n’est que trop véritable,

Et, plût au Ciel, le fût-il moins !

Cesse donc d’insulter au sort d’un misérable ;

Et laisse à mon devoir s’acquitter de ses soins.

 

MERCURE

    Arrête : ou sur ton dos le moindre pas attire

Un assommant éclat de mon juste courroux.

Tout ce que tu viens de dire,

Est à moi, hormis les coups.

C’est moi qu’Amphitryon députe vers Alcmène,

    Et qui du port Persique arrive de ce pas.

Moi qui viens annoncer la valeur de son bras,

Qui nous fait remporter une victoire pleine,

Et de nos ennemis a mis le chef à bas.

C’est moi qui suis Sosie enfin, de certitude ;

    Fils de Dave, honnête berger ;

Frère d’Arpage, mort en pays étranger ;

Mari de Cléanthis la prude,

Dont l’humeur me fait enrager.

Qui dans Thèbes ai reçu mille coups d’étrivière,

    Sans en avoir jamais dit rien.

Et jadis en public, fus marqué par derrière,

Pour être trop homme de bien.

 

SOSIE

    Il a raison. À moins d’être Sosie,

On ne peut pas savoir tout ce qu’il dit.

    Et dans l’étonnement, dont mon âme est saisie,

Je commence, à mon tour, à le croire un petit.

En effet, maintenant que je le considère,

Je vois qu’il a de moi, taille, mine, action.

 

Extrait du corrigé :  

Molière : célèbre auteur du XVIIe siècle. Acteur et auteur de nombreuses comédies.

Moraliste => reprend la devise d’Horace Castigat ridendo mores d’Horace – corriger les mœurs par le rire.

 

 

Amphitryon : comédie en trois actes et en vers de 1668,  de Molière qui s’est largement inspiré pour l’écrire de l’Amphitryon de Plaute.

Cette pièce a alors beaucoup de succès, et intrigue les spectateurs. Sous les traits de Jupiter, Molière n’aurait-il pas représenté Louis XIV, et ce faisant critiquer les amours du roi ?

 

NB : le nom de deux personnages est entré dans le langage courant.

Cf. « Sosie »

Cf. « Amphitryon ».

> Antonomases.

 

 

Extrait étudié : acte I, scène 2.

NB : la scène 2 d’une pièce de théâtre peut aussi être considérée, au sens large, comme une scène d’exposition > donne les enjeux de la pièce.

 

Personnages en présence :

Sosie, le serviteur d’Amphitryon.

Mercure, déguisé en Sosie.

 

Pour éviter que Jupiter et Alcmène ne soient dérangés dans leurs ébats, Mercure fait tout pour empêcher Sosie d’entrer => il prend alors l’apparence de Sosie et tente de le convaincre qu’il est lui Sosie.

 

I- Qui est qui ?

            A- Une scène de comédie

• Montrez qu’il s’agit d’une scène de comédie.

Cf. l’importance du déguisement, du travestissement.

=> Mercure a revêtu l'apparence de Sosie, et il lui faisant croire qu'il est lui, le véritable Sosie.

> Le spectateur sait que Mercure est déguisé.

• Mercure joue un rôle sur scène.

Mise en abyme. Il joue le rôle de Sosie.

> Complicité avec le public.