fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Marivaux, Le Jeu de l'amour et du hasard, acte II, scène 12. | Commentaires composés | Marivaux | Théâtre

Commentaires composés | Marivaux | Théâtre

Marivaux, Le Jeu de l'amour et du hasard, acte II, scène 12.

 Dorante.

Je voulais sous cet habit pénétrer un peu ce que c’était que ta maîtresse, avant que de l’épouser, mon père en partant me permit ce que j’ai fait, et l’événement m’en paraît un songe : je hais la maîtresse dont je devais être l’époux, et j’aime la suivante qui ne devait trouver en moi qu’un nouveau maître. Que faut-il que je fasse à présent ? Je rougis pour elle de le dire, mais ta maîtresse a si peu de goût qu’elle est éprise de mon valet au point qu’elle l’épousera si on le laisse faire. Quel parti prendre ?

 

Silvia, à part.

Cachons-lui qui je suis. (Haut.) Votre situation est neuve assurément ! Mais, Monsieur, je vous fais d’abord mes excuses de tout ce que mes discours ont pu avoir d’irrégulier dans nos entretiens.

 

Dorante, vivement.

Tais-toi, Lisette ; tes excuses me chagrinent, elles me rappellent la distance qui nous sépare, et ne me la rendent que plus douloureuse.

 

Silvia.

Votre penchant pour moi est-il si sérieux ? M’aimez-vous jusque-là ?

 

Dorante.

Au point de renoncer à tout engagement, puisqu’il ne m’est pas permis d’unir mon sort au tien ; et dans cet état la seule douceur que je pouvais goûter, c’était de croire que tu ne me haïssais pas.

 

 

Silvia.

Un cœur qui m’a choisie dans la condition où je suis, est assurément bien digne qu’on l’accepte, et je le payerais volontiers du mien, si je ne craignais pas de le jeter dans un engagement qui lui ferait tort.

 

Dorante.

N’as-tu pas assez de charmes, Lisette ? Y ajoutes-tu encore la noblesse avec laquelle tu me parles ?

 

Silvia.

J’entends quelqu’un, patientez encore sur l’article de votre valet, les choses n’iront pas si vite, nous nous reverrons, et nous chercherons les moyens de vous tirer d’affaire.

 

Dorante.

Je suivrai tes conseils. (Il sort.)

 

Silvia.

Allons, j’avais grand besoin que ce fût là Dorante.

 

Extrait du corrigé :

Le Jeu de l’amour et du hasard est une comédie en trois actes et en prose de Marivaux, représentée pour la première fois le 23 janvier 1730 par les comédiens italiens à l’hôtel de Bourgogne.

M. Orgon, le père de Sylvia, souhaite que sa fille épouse Dorante, le fils de son ami. Silvia obtient de son père l'autorisation d'observer, sous le déguisement de sa servante (Lisette), Dorante. Mais elle ignore que ce dernier a eu la même idée qu'elle.

 

Acte II, scène 12 :

Personnages en présence => Dorante et Siliva, qui ont tous les deux le rôle de leur domestique.

 

I- Un masque tombe 

            Les personnages jouent leur rôle > Dorante celui du valet, Sivia, celui de la soubrette. Mais pris dans ce qu’il croit être son propre jeu, il avoue.

 

            A- Aveu