fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Un romancier peut-il prétendre à l'objectivité ? | Dissertations

Dissertations

Un romancier peut-il prétendre à l'objectivité ?

Extrait du corrigé :

Normalement, le roman est le lieu de la fiction.

NB : Le roman est souvent considéré comme le genre de l’aventure. Cependant, dès son apparition, est vu comme une forme mineure de l’épopée et il est très longtemps méprisé => quête de légitimité.

 

I- La volonté de dire la réalité à travers le roman

Cf. définition de Stendhal, « un roman, c’est un miroir que l’on promène le long du chemin ». Réalisme : miroir => reflète la société, photographie.

            A- Réalisme et naturalisme

=> Les romanciers français sont très influencés par Walter Scott => vogue du roman historique qui distrait et instruit. La voie du « roman social » est ouverte.

• Évoquez la Comédie Humaine : roman total qui veut concurrencer l’État civil + projet de faire une étude des mœurs => Balzac veut dépasser ce rôle de « secrétaire de la société » qui note tout, de simple conteur, il se veut philosophe et penseur du politique. Cf. la fonction romanesque du « type ».

• Pour le romancier naturaliste, il s’agit de faire se mouvoir ses personnages placés dans une histoire particulière et de vérifier que la succession des faits est conforme au déterminisme. Zola : décrire « l’histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire » et souligner le déterminisme de la physiologie, des milieux et des circonstances. Le naturaliste : observe les conditions d’existence des ouvriers, des paysans, des mineurs.

 

            B- Romans qui évoquent la réalité, qui la peignent