fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Roméo et Juliette de Shakespeare est-elle une pièce romantique ? | Dissertations

Dissertations

Roméo et Juliette de Shakespeare est-elle une pièce romantique ?

Extrait du corrigé :

Roméo et Juliette : tragédie en cinq actes en vers et en prose de William Shakespeare, écrite vers 1595 et publiée en 1597. L’œuvre a pour source un poème anglais d’Arthur Brook (1562), inspiré des Histoires Tragiques de Pierre Boaistuau, elles-mêmes adaptées des Nouvelles de Matteo Bandello.

 

NB : on ne vous demande évidemment pas, en disant « romantique », de dire qu’il s’agit d’une histoire d’amour ! Romantique est pris dans son sens littéraire et pas dans le sens courant de « Lui, il est très romantique », c’est-à-dire qu’il offre des roses à sa petite amie… !

 

Théâtre romantique :

Le jeune Hugo rejette le théâtre classique au XIXe siècle en prenant pour modèle : Shakespeare. Et donc, les pièces romantiques vont prendre pour modèles celles que Shakespeare écrivit 2 siècles avant.

Le romantisme, au théâtre et en France, se situe dans la première moitié du XIXe siècle. Il est consacré par la Bataille d’Hernani et la Préface de Cromwell de Victor Hugo. De fait, a priori, Roméo et Juliette ne correspond pas à ce que nous appelons « pièce romantique ».

 

Toutefois, cette acception peut être pertinente :

 

I- Une pièce romantique 

              A- Le mélange des genres

• Pièce écrite en prose et en vers.

• La pièce s’ouvre sur les bons mots salaces de Samson et de Grégoire chez qui l’excitation querelleuse va de pair avec l’excitation sexuelle VS la tragédie de Roméo et de Juliette.

• Cf. les moments plutôt « sexuels ». Ex : la nourrice qui évoque le « pucelage de ses douze ans » (I, 3), qui raconte l’anecdote de l’enfance de Juliette au cours de laquelle son mari évoquait le moment où « elle tomberait sur le dos »…).

Pour la nourrice, l’amour n’est qu’affaire de sexe => vision crue de l’amour. Cf. ses allusions grivoises et ses jeux de mots.

• Juliette est impatiente de connaître l’amour charnel avec Roméo

« Viens, apprends-moi à perdre en la gagnant, la partie où se jouent nos deux virginités, et couvre de ton noir manteau mon sang encore sauvage et si fort dans mes tempes, jusqu’à ce que mon jeune amour sache, enhardi, combien sont purs les actes d’un vrai amour. »

• Pour Roméo et Juliette, l’amour charnel est important mais il n’est pas l’essence de leur passion : il n’est que l’expression.

NB : Ces différentes tonalites => baroque.