fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Paul Verlaine, Poèmes saturniens, L’enterrement | Commentaires composés | Verlaine | Poésie

Commentaires composés | Verlaine | Poésie

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, L’enterrement

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, L’enterrement

 

Je ne sais rien de gai comme un enterrement !

Le fossoyeur qui chante et sa pioche qui brille,

La cloche, au loin, dans l’air, lançant son svelte trille,

Le prêtre en blanc surplis, qui prie allègrement,

 

L’enfant de chœur avec sa voix fraîche de fille,

Et quand, au fond du trou, bien chaud, douillettement,

S’installe le cercueil, le mol éboulement

De la terre, édredon du défunt, heureux drille,

 

Tout cela me paraît charmant, en vérité !

Et puis, tout rondelets, sous leur frac écourté,

Les croque-morts au nez rougi par les pourboires,

 

Et puis les beaux discours concis, mais pleins de sens,

Et puis, cœurs élargis, fronts où flotte une gloire,

Les héritiers resplendissants !

 

 

 

 Extrait du corrigé

 

Verlaine est un poète du XIXe siècle (né le 30 mars 1844 et mort le 8 janvier 1896). Surnommé « le Prince des Poètes », il est toutefois également à l’origine de l’expression des « poètes maudits ».

 

Paul Verlaine, au début de sa carrière poétique, situe son art dans les tendances du Parnasse (cf. Leconte de Lisle, Hérédia, Bainville, etc.). Mais il est et demeure avant tout le poète des clairs-obscurs et sa poésie le rapproche des œuvres impressionnistes.

NB : Importance de la musicalité dans ses poèmes. Verlaine disait : « La poésie c'est le rythme ». Mais le rythme, c'est aussi la musique et ces deux éléments sont inséparables dans sa poésie. Sonorités, rythme, musicalité sont des points à ne pas négliger lors du commentaire d’un poème de Verlaine.

 

Les Poèmes Saturniens dévoilent sa profession de foi mais aussi des figures de style tout à fait personnelles pour suggérer sa sensualité, sa sensibilité avec une recherche de musicalité.

 

 

« Enterrement » > sonnet.

Sonnet > forme fixe composée de quatorze vers >14 alexandrins, organisés en deux quatrains à rimes identiques embrassées (ABBA ABBA) + de deux tercets.

NB : le 14 vers est un octosyllabe.

 

Rimes du type CCD, EDA dans les tercets > sonnet irrégulier.

Ou alors rimes du type CCD, EDE dans les tercets (en insistant sur la rime « sens » / « resplendissants ») > sonnet français.

 

Qualité des rimes.

Rimes suffisantes (2 sons communs).

Ex : « vérité ; écourté »{t é}

 

Rimes riches (3 sons communs et plus).

Ex : « pourboires ; gloire » {war}

 

Quelle vision de l’enterrement est donnée par le poète ?

 

I- Un spectacle

            A- Joyeux obsèques

• Montrez que le 1e vers surprend, est paradoxal.

- comparaison surprenante. « gai » est rarement associé à « enterrement ».

- cela est renforcé par l’hyperbole et l’exclamation.

- « Je » > poète parle en son nom.

• Présence du champ lexical de la mort.

Ex : « enterrement » ; « prêtre en blanc » : « au fond du trou » ; « le cercueil » ; « cloche » > qui renvoie au glas ; « défunt » ; « croque-morts »…

Mais il est associé à cela lui la gaieté.

Cf. le champ lexical de la vie, de la gaieté.

Ex : « chante » ; « brille » ; « cloche » > gaieté des cloches (vs. le glas) ; « allègrement » ; « heureux »…