fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Blaise Cendrars, L'Or, chapitre IV, 15, Il n’y avait aucun navire sur rade… | Commentaires composés | Cendrars | roman

Commentaires composés | Cendrars | roman

Blaise Cendrars, L'Or, chapitre IV, 15, Il n’y avait aucun navire sur rade…

       Il n’y avait aucun navire sur rade qui fit les ports mexicains ou qui voulût le conduire à San Diego. Il n’y avait qu’n Russe prêt à appareiller pour Sitka, établissement russe sur la côte américaine, là-haut, dans l’extrême nord du Pacifique.

              Les Russes, rayonnant du Kamtchatka, faisaient de nombreux établissement sur la côte de l’Amérique. Étendant toujours plus leur empire, ils se heurtaient à l’est à la puissance grandissante des États-Unis ; mais au sud, ils atteignaient déjà les côtes mexicaines où ils avaient de nombreuses colonies. De Sitka au Mexique des goélettes russes faisaient la traversée régulièrement.

              Suter n’hésite pas, il embarque pour remonter jusqu’aux Aléoutes. D’ailleurs, il s’entend très bien avec les Russes ; il se crée des relations et s’assure des appuis. Mais il ne s’éternise pas à Sitka. Il est du premier départ.

              À bord d’une rapide goélette, il longe maintenant les côtes d’Alaska dans la direction du sud, traverse ces mers qui sont le rendez-vous de pêche des baleiniers, passe cette fois bien au large de l’embouchure de l’Oregon, descend toujours et débarque sur la plage perdue de San Francisco.

….

              Quand Suter se met à marcher, il écrase un grand nombre de mollusques vésiculeux couleur de rose et qui éclatent avec bruit.

 

 

 

 

Blaise Cendrars, pseudonyme de Frédéric-Louis Sauser (1887-1961) : écrivain d'origine suisse, naturalisé français en 1916, dont l’œuvre est placée sous le signe du voyage et de l'aventure.

Il participa à la Première Guerre mondiale au sein de l'armée française comme volontaire étranger. En 1915, il perdit au combat sa main droite, sa main d'écrivain, amputée au-dessus du coude. Cette blessure marqua profondément l'œuvre de Cendrars.

 

L'Or. La merveilleuse histoire du général Johann August Suter (1925) :

- Premier roman de Cendrars, connu jusqu'alors pour ses poèmes et ses collaborations avec les peintres dans les milieux d'avant-garde.

=> Roman dans lequel le narrateur évoque la mythique ruée vers l'or en racontant l'histoire de Johan Suter.

- Biographie imaginaire du général Suter, un aventurier d'origine suisse, qui fit fortune en Californie grâce à l'agriculture dans la première moitié du XIXe siècle mais qui fut ruiné par la découverte d'or sur son territoire en 1848 et la grande ruée qui s'en suivit.

 

 

Extrait du corrigé :

Chapitre IV. 15.

NB : Du chapitre I.1 au chapitre IV.15, l’action se passe en 1834.

Poussé par le rêve américain, le suisse J.-A. Suter a abandonné sa patrie, sa femme et ses enfants et rejoint clandestinement New-York. Puis l’idée de s’installer dans l’Ouest germe dans son esprit.

 => dans ce chapitre, Suter arrive à l’ouest des Etats-Unis, en Californie.

 

I- Un périple

 

            A- Différentes régions, différentes nationalités