fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Pierre de RONSARD, Premier livre des Amours, « Je voudrais bien richement jaunissant ». | Commentaires composés | Ronsard

Commentaires composés | Ronsard

Pierre de RONSARD, Premier livre des Amours, « Je voudrais bien richement jaunissant ».

 

  1. Je voudrais bien richement jaunissant
  2. En pluie d'or goutte à goutte descendre
  3. Dans le beau sein de ma belle Cassandre,
  4. Lors qu'en ses yeux le somme va glissant.

 

  1. Je voudrais bien en taureau blanchissant
  2. Me transformer pour finement la prendre,
  3. Quand en avril par l'herbe la plus tendre
  4. Elle va, fleur, mille fleurs ravissant.

 

  1. Je voudrais bien alléger ma peine,
  2. Etre un Narcisse, et elle une fontaine,
  3. Pour m'y plonger une nuit à séjour ;

 

  1. Et voudrais bien que cette nuit encore
  2. Durât toujours sans que jamais l'Aurore
  3. Pour m'éveiller ne rallumât le jour. 

 

Extrait du corrigé :

Pierre de Ronsard (1er septembre 1524 - 27 décembre 1585) : poète qui fut l’un des plus importants au XVIe siècle. Appartient, comme son ami Du Bellay, à la Pléiade.

Surnommé le « Prince des poètes et poète des princes », Ronsard a écrit de des poèmes engagés et de la poésie « officielle » dans le contexte des guerres de religions, des épopée et de la poésie lyrique, connue à travers des recueils comme Les Odes (1550-1552) et Les Amours (Les Amours de Cassandre, 1552 - Les Amours de Marie, 1555 - Sonnets pour Hélène ,1578).

Dans ses poèmes lyriques, Ronsard développe la forme du sonnet et les thèmes de la nature et de l’amour, associés aux références de l'Antiquité gréco-latine.

 

« Je voudrais bien richement jaunissant » : sonnet de Ronsard, 2 quatrains, 2 tercets.

14 décasyllabes.

Rimes embrassées dans les quatrains, du type ABBA.

Rimes du type CCD, EED dans les tercets > sonnet italien ou marotique.

Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines.

 

I- Les souhaits amoureux du poète 

A- Désirs du poète

• Poème qui commence par un souhait de « Je » > du poète. Cf. « Je voudrais ».

• Anaphore de « Je voudrais bien » qui est répété à chaque strophe (excepté strophe 4 « Et voudrais »).

La strophe 2 reprend, suit la structure de la strophe 1. Parallélisme de construction. Cf. l’anaphore + le 1e vers de la strophe se terminant par un participe présent qui évoque une couleur.

Comme dans la strophe 1, le poète espère se métamorphoser. Cf. « Me transformer ».

• Assonance, dans la 1e strophe, en [an].

Cf. les premier et dernier mots à la rime.

Cf. 1e vers son [en] qui se répète deux fois.

Cf. « richement jaunissant » ; « descendre » ; « Dans » ; « En » ; « Cassandre » ; « en » ; « glissant »…

Assonance en [an] qui introduit une certaine douceur.

• Isotopie de la richesse :

- Champ lexical du doré. Cf. « jaunissant » ; « pluie d’or ».

- Champ lexical du luxe. Cf. « richement » ; « or ».

• Image du liquide qui s’écoule doucement. Ex : « pluie » ; « goutte à goutte » > flot régulier mais petit ; « descendre »…

• Cf. Strophe 2 :

- « taureau blanchissant » : oxymore car le taureau est un animal noir / paradoxe.

- « la prendre » > évoque Cassandre.

• Parallèle entre la pluie qui descend et la jeune femme qui sombre dans le sommeil…

• Allitération en [s] qui suggère cette descente et sa douceur. Cf. « glissant » ; « sein » ; « ses » ; « somme » ; « Cassandre ».