fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Molière, Tartuffe, acte V, scène 7 | Commentaires composés | Molière | Théâtre

Commande Suspendue
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

Fiche
Méthodologie
Méthodologie
Oral
Retour
liste
Commentaires composés | Molière | Théâtre

Molière, Tartuffe, acte V, scène 7

L' exempt

Ce n’est pas vous à qui j’en veux rendre raison.(A Orgon)

Remettez-vous, Monsieur, d’une alarme si chaude.Nous vivons sous un prince ennemi de la fraude,Un prince dont les yeux se font jour dans les cœurs,Et que ne peut tromper tout l’art des imposteurs.D’un fin discernement sa grande âme pourvueSur les choses toujours jette une droite vue ;Chez elle jamais rien ne surprend trop d’accès,Et sa ferme raison ne tombe en nul excès.Il donne aux gens de bien une gloire immortelle ;Mais sans aveuglement il fait briller ce zèle,Et l’amour pour les vrais ne ferme point son cœurA tout ce que les faux doivent donner d’horreur.Celui-ci n’étoit pas pour le pouvoir surprendre,Et de pièges plus fins on le voit se défendre.D’abord il a percé, par ses vives clartés,Des replis de son cœur toutes les lâchetés.Venant vous accuser, il s’est trahi lui-même,Et par un juste trait de l’équité suprême,S’est découvert au Prince un fourbe renommé,Dont sous un autre nom il étoit informé ;Et c’est un long détail d’actions toutes noiresDont on pourroit former des volumes d’histoires.Ce monarque, en un mot, a vers vous détestéSa lâche ingratitude et sa déloyauté ;A ses autres horreurs il a joint cette suite,Et ne m’a jusqu’ici soumis à sa conduiteQue pour voir l’impudence aller jusques au bout,Et vous faire par lui faire raison de tout.Oui, de tous vos papiers, dont il se dit le maître,Il veut qu’entre vos mains je dépouille le traître.D’un souverain pouvoir, il brise les liensDu contrat qui lui fait un don tous vos biens,Et vous pardonne enfin cette offense secrèteOù vous a d’un ami fait tomber la retraite ;Et c’est le prix qu’il donne au zèle qu’autrefoisOn vous vit témoigner en appuyant ses droits,Pour montrer que son cœur sait, quand moins on y pense,D’une bonne action verser la récompense,Que jamais le mérite avec lui ne perd rien,Et que mieux que du mal il se souvient du bien.