fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Dumas, Les Trois Mousquetaires, chapitre 66 - Athos fit un pas vers Milady... | Commentaires composés | Dumas | roman

Commentaires composés | Dumas | roman

Dumas, Les Trois Mousquetaires, chapitre 66 - Athos fit un pas vers Milady...

Dumas, Les Trois Mousquetaires, chapitre 66 - Athos fit un pas vers Milady...

 

            Athos fit un pas vers Milady.

            « Je vous pardonne, dit-il, le mal que vous m’avez fait ; je vous pardonne mon avenir brisé, mon honneur perdu, mon amour souillé et mon salut à jamais compromis par le désespoir où vous m’avez jeté. Mourez en paix. »

            Lord de Winter s’avança à son tour.

            « Je vous pardonne, dit-il, l’empoisonnement de mon frère, l’assassinat de Sa Grâce Lord Buckingham ; je vous pardonne la mort du pauvre Felton, je vous pardonne vos tentatives sur ma personne. Mourez en paix.

            – Et moi, dit d’Artagnan, pardonnez-moi, madame, d’avoir, par une fourberie indigne d’un gentilhomme, provoqué votre colère ; et, en échange, je vous pardonne le meurtre de ma pauvre amie et vos vengeances cruelles pour moi, je vous pardonne et je pleure sur vous. Mourez en paix.

            – I am lost ! murmura en anglais Milady. I must die. »

            Alors elle se releva d’elle-même, jeta tout autour d’elle un de ces regards clairs qui semblaient jaillir d’un œil de flamme.

            Elle ne vit rien.

            Elle écouta et n’entendit rien.

            Elle n’avait autour d’elle que des ennemis.

            « Où vais-je mourir ? dit-elle.

            – Sur l’autre rive », répondit le bourreau.

            Alors il la fit entrer dans la barque, et, comme il allait y mettre le pied, Athos lui remit une somme d’argent.

            « Tenez, dit-il, voici le prix de l’exécution ; que l’on voie bien que nous agissons en juges.

            – C’est bien, dit le bourreau ; et que maintenant, à son tour, cette femme sache que je n’accomplis pas mon métier, mais mon devoir. »

Et il jeta l’argent dans la rivière.

Le bateau s’éloigna vers la rive gauche de la Lys, emportant la coupable et l’exécuteur ; tous les autres demeurèrent sur la rive droite, où ils étaient tombés à genoux.

Le bateau glissait lentement le long de la corde du bac, sous le reflet d’un nuage pâle qui surplombait l’eau en ce moment.

On le vit aborder sur l’autre rive ; les personnages se dessinaient en noir sur l’horizon rougeâtre.

Milady, pendant le trajet, était parvenue à détacher la corde qui liait ses pieds : en arrivant sur le rivage, elle sauta légèrement à terre et prit la fuite.

Mais le sol était humide ; en arrivant au haut du talus, elle glissa et tomba sur ses genoux.

Une idée superstitieuse la frappa sans doute ; elle comprit que le Ciel lui refusait son secours et resta dans l’attitude où elle se trouvait, la tête inclinée et les mains jointes.

Alors on vit, de l’autre rive, le bourreau lever lentement ses deux bras, un rayon de lune se refléta sur la lame de sa large épée, les deux bras retombèrent ; on entendit le sifflement du cimeterre et le cri de la victime, puis une masse tronquée s’affaissa sous le coup.

 

 Extrait du corrigé :

Les Trois Mousquetaires : roman d'Alexandre Dumas, écrit en 1844.

            Le roman raconte les aventures de d'Artagnan, un Gascon venu à Paris pour faire carrière dans le corps des mousquetaires. Il se lie d'amitié avec Athos, Porthos et Aramis, mousquetaires du roi Louis XIII. Roman de cape et d’épée, qui se passe au XVIIe siècle, au temps de Louis XIII, le cardinal de Richelieu et Anne d’Autriche.

 

Extrait étudié : Scène de l’exécution de Milady.

Ayant échoué à prendre la maîtresse de d'Artagnan, Constance Bonacieux, comme otage, Milady l'assassine au moyen d'une boisson empoisonnée. Elle parvient à s’enfuir, mais tombe dans un piège. Athos, d’Artagnan et Lord de Winter la juge : elle est condamnée à mort.

 

I- Jugement rendu

            A- Exécution décidée

• Montrez que cette scène est un peu théâtrale.

Chaque personne s’avance et dit ses paroles.

Ex : « Athos fit un pas vers Milady. » + « Je vous pardonne… »

Ensuite c’est le Lors de Winter « Lord de Winter s’avança à son tour »,

Puis d’Artagnan.

C’est comme dans un tribunal.

• Répétition de « Je vous pardonne » > Acte de miséricorde.

Cf. « Je vous pardonne ; je vous pardonne ; je vous pardonne ; je vous pardonne... »

« Mourez en paix » ; est répété trois fois, par les Athos, d’Artagnan et lord de Winter.

• « Mourez en paix » > elle va mourir.

=> Elle va être exécutée.

Δ) Les personnages présents, selon la religion catholique, pardonnent à Milady, avant l’exécution sa condamnation. Mais ce faisant, cela rappelle la personnalité noire de la femme.

 

            B- Une femme à l’âme noire