fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Le roman peut-il intéresser son lecteur à des personnages ordinaires et malheureux ? | Dissertations | roman

Dissertations | roman

Le roman peut-il intéresser son lecteur à des personnages ordinaires et malheureux ?

Le roman peut-il intéresser son lecteur à des personnages ordinaires et malheureux ?

 

 

 

 Extrait du corrigé

 

Un héros normalement est un personnage qui réussit, qui parvient à dépasser toutes les épreuves. C’est un personnage qui fait rêver son lecteur.

 

On attend souvent du personnage d’un roman qu’il soit un héros > se comporte de manière héroïque et qu’il ne soit ni médiocre, ni ridicule, ni faible. 

 

Un personnage banal, voire malheureux peut-il intéresser son lecteur ?

 

Que peuvent apporter au roman des personnages qui ne sont pas des héros ?

 

 

I – Des personnages du quotidien

            A- L’identification plus aisée

• Les romanciers veulent s’ancrer dans la réalité. Or dans la réalité, les vrais héros sont rares.

• Lorsque le héros est trop « grand », remarquable, que son cœur est trop pur et son courage trop grand => risque de lasser le lecteur. Problème d’indentification.

=> Pour contrer cette importance conférée aux « Héros héroïques », des écrivains, afin de faciliter l’identification du lecteur au personnage mais aussi pour explorer des réalités moins idéalistes, ont inventé des personnages médiocres, des personnages qui, a priori, ne font pas rêver.     

• Le personnage ridicule, le « non-héros » ou faible séduit le lecteur car il est plus proche de sa vie, voire il a un destin pire (il est plus pauvre, plus mesquin…) – ce qui peut plaire au lecteur qui ressent un sentiment de supériorité face à ce personnage.

• Le lecteur aime lire des histoires où le héros est comme lui, pas toujours parfait.

=> Réalisme.

=> Lorsque le personnage n’est pas exceptionnel, qu’il n’accomplit aucune action héroïque, le lecteur peut se sentir plus proche de lui.

 

         B- Des personnages non héroïques