fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose | Commentaires composés | Ronsard | Poésie

Commentaires composés | Ronsard | Poésie

Ronsard, Comme on voit sur la branche au mois de mai la rose

Ronsard, Sur la mort de Marie, « Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose »

 

Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose

En sa belle jeunesse, en sa première fleur

Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,

Quand l’Aube de ses pleurs au point du jour l’arrose :

 

La grâce dans sa feuille, et l’amour se repose,

Embaumant les jardins et les arbres d’odeur :

Mais battue ou de pluie, ou d’excessive ardeur,

Languissante elle meurt feuille à feuille déclose :

 

Ainsi en ta première et jeune nouveauté,

Quand la terre et le ciel honoraient ta beauté,

La Parque t’a tuée, et cendre tu reposes.

 

Pour obsèques reçois mes larmes et mes pleurs,

Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,

Afin que vif, et mort, ton corps ne soit que roses.

 

Extrait du corrigé :

Considéré comme le « Prince des poètes et poète des princes », Pierre de Ronsard est une figure majeure de la littérature poétique du XVIe siècle. Participe au renouveau, en même temps que ses compagnons de la Pléiade et que son ami Joachim du Bellay

Il écrit, entre autres, de nombreux poèmes lyriques qui développent les thèmes de la nature et de l'amour, associés aux références de l'Antiquité gréco-latine et à la forme du sonnet.

 

« Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose » :

Poème officiel écrit sur la demande d’Henri III, qui avait perdu sa maîtresse Marie de Clèves. Poème qui fait échos à la vie de Ronsard qui était tombé amoureux d’une paysanne, Marie Dupin, qui elle aussi était décédée.

 

• Sonnet > forme fixe composée de quatorze vers de 14 alexandrins / décasyllabes, organisés en deux quatrains à rimes identiques embrassées (ABBA ABBA) + de deux tercets.

• Rimes embrassées dans les quatrains, du type ABBA.

• Rimes du type CCD EED (« nouveauté ; beauté ; reposes ; pleurs ; fleurs ; roses »), dans les tercets > sonnet italien ou marotique.

Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines.

 

 

I- La vie vs. la mort 

            A- Un beau cadre naturel

• Champ lexical des fleurs et de la nature.

Cf. « branche » ; « rose » « fleur » ; » feuille » ; « jardins » > cadre naturel.

Évocation du temps, de la nature : « pluie ».