fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : « L'obscurité qu'on lui reproche ne tient pas à sa nature propre qui est d'éclairer, mais à la nuit même qu'elle explore, et qu'elle se doit d'explorer : celle de l'âme elle-même et du mystère où baigne l'être humain ». | Dissertations

Dissertations

« L'obscurité qu'on lui reproche ne tient pas à sa nature propre qui est d'éclairer, mais à la nuit même qu'elle explore, et qu'elle se doit d'explorer : celle de l'âme elle-même et du mystère où baigne l'être humain ».
Vous commenterez cette phrase de Saint-John Perse à propos de la poésie.

Extrait du corrigé :

Problème de l’obscurité en poésie.

Fonction de la poésie : éclairer. Elle explore : l’âme et le mystère où baigne l’être humain. L’obscurité serait la conséquence de ce qu’elle explore.

 

I- Le poète déchiffreur

              A- Le poète et la poésie

• Jean Cocteau définit ainsi le rôle de la poésie => « Elle dévoile dans toute la force du terme. Elle montre nues, sous une lumière qui secoue la torpeur, les choses surprenantes qui nous environnent et que nos sens enregistrent machinalement ».

• Pour Baudelaire, le poète est l’intermédiaire entre le monde des hommes et l’au-delà => le monde est comme le reflet de la vérité, que l’homme ordinaire ne peut percevoir, car comme le disait Platon, il tourne le dos à l’entrée de la caverne. De fait, seul le poète peut accéder à la vérité et la transmettre aux hommes (« J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans »). Finalement, si on en croit Baudelaire, tout en s’éloignant de la réalité par sa forme et son expression, la poésie, via le poète, nous dit beaucoup de la réalité.

• D’après Mallarmé (Crise du vers), le poète « cède l’initiative aux mots ». Ainsi le poète ne va pas rechercher un sens préexistant ; il n’est pas celui qui pense, mais celui à qui s’impose le langage.