fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Samuel Beckett, En attendant Godot, Estragon – Endroit délicieux. ( Il se retourne, avance jusqu'à la rampe, regarde vers le public ) aspects riants ( il se tourne vers Vladimir ) Allons nous-en... | Commentaires composés | Beckett | Théâtre

Commentaires composés | Beckett | Théâtre

Samuel Beckett, En attendant Godot, Estragon – Endroit délicieux. ( Il se retourne, avance jusqu'à la rampe, regarde vers le public ) aspects riants ( il se tourne vers Vladimir ) Allons nous-en...

 Estragon

Endroit délicieux. ( Il se retourne, avance jusqu'à la rampe, regarde vers le public ) aspects riants ( il se tourne vers Vladimir ) Allons nous-en.

 

Vladimir

On ne peut pas

 

Estragon

Pourquoi ?

 

Vladimir

On attend Godot

 

Estragon

C’est vrai (un temps ) Tu es sûr que c’est ici ?

 

Vladimir

Quoi ?

 

Estragon

Qu’il faut attendre.

 

Vladimir

Il a dit devant l’arbre ( Ils regardent l’arbre ). Tu en vois d’autres ?

 

Estragon

Qu’est ce que c’est ?

 

Vladimir

On dirait un saule.

 

Estragon

Où sont les feuilles ?

 

Vladimir

Il doit être mort

 

Estragon

Finis les pleurs.

 

Vladimir

A moins que ce ne soit pas la saison.

 

Estragon

Ce ne serait pas plutôt un arbrisseau ?

 

Vladimir

Un arbuste

 

Estragon

Un arbrisseau

 

 

Vladimir

Un… ( Il se reprend ). Qu’est ce que tu veux insinuer ? Qu’on s’est trompé d’endroit ?

 

Estragon

Il devrait être là.

 

Vladimir

Il n'a pas dit ferme qu'il viendrait.

 

Estragon

Et s'il ne vient pas ?

 

Vladimir

Nous reviendrons demain.

 

Estragon

Et puis après demain.

 

Vladimir

Peut-être.

 

Estragon

Et ainsi de suite.

 

Vladimir

C'est à dire...

 

Estragon

Jusqu'à ce qu'il vienne ?

 

Vladimir

Tu es impitoyable.

 

Estragon

Nous sommes déjà venus hier.

 

Vladimir

Ah non, là tu te goures.

 

Estragon

Qu'est-ce que nous avons fait hier ?

 

Vladimir

Ce que nous avons fait hier ?

 

Estragon

Oui.

 

Vladimir

Ma foi... (se fâchant)  Pour jeter le doute, à toi le pompon.

 

Estragon

Pour moi, nous étions ici.

 

Vladimir

( regard circulaire ) L'endroit te semble familier ?

 

Estragon

Je ne dis pas ça.

 

Vladimir

Alors ?

 

Estragon

Ca n’empeche pas

 

Vladimir

Tout de même…. Cet arbre…. ( se tournant vers le public ) Cette tourbière…

 

Estragon

Ca n'empêche pas. Tu es sûr que c'était ce soir.

 

Vladimir

Quoi ?

 

Estragon

Qu'il fallait attendre ?

 

Vladimir

Il a dit samedi ( un temps) . Il me semble.

 

Estragon

Après le turbin. (Chante)

 

Vladimir

J'ai du le noter. (fouille dans ses poches, archibondées de saletés de toutes sortes )

 

Estragon

Mais quel samedi ? Et sommes-nous samedi ? Ne serait-on pas plutôt dimanche ? ou lundi ? ou Vendredi ?

 

Vladimir

( regardant avec affolement autour de lui si la date était inscrite dans le paysage ) Ce n'est pas possible.

 

Estragon

Ou jeudi.

 

Vladimir

Comment faire ?

 

Estragon

S'il s'est dérangé pour rien hier soir, tu penses bien qu'il ne viendra pas aujourd'hui.

 

Vladimir

Mais tu dis que nous sommes venus hier soir.

 

Estragon

Je peux me tromper.( un temps ) Taisons-nous un peu, tu veux ?

 

Extrait du corrigé :

En attendant Godot : pièce de théâtre en deux actes, en français et en prose, écrite en 1948 par Samuel Beckett, et publiée en 1952 à Paris aux Éditions de Minuit.

Pièce représentée pour la première fois le 23 janvier 1953 au Théâtre de Babylone, mise en scène par Roger Blin qui jouait lui-même le rôle de Pozzo.

 

Pièce qui appartient à la mouvance du théâtre de l'absurde.

Mélange des genres. Pièce très fantaisiste.

Fantaisie : les deux héros, Vladimir et Estragon sont deux clochards. Anti-héros. On n’arrive pas à les prendre au sérieux. Sont grotesques, ridicules.

=> Nouveau tragique.

 

=> Il s’agit de montrer que cette pièce appartient au théâtre de l'absurde.

 

I- Une sorte de comédie 

              A- Des héros peu héros

• Les deux personnages semblent peu normaux, plutôt simples d’esprit.

• Phrases très courtes, personnages qui ne semblent pas capables de faire des phrases très longues (de s’exprimer…).

Cf. la longueur des phrases, qui est parfois minimale. Ex : « Quoi ? ». Échanges de mots plus que de phrases…

• Cf. aussi la « banalité » de leurs propos. Cf. la discussion sur les arbres (qui pourrait rappeler celle sur l’origine des rhinocéros dans Rhinocéros de Ionesco).