fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Jean-Paul Sartre, Les Mots, J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres... | Commentaires composés | Sartre

Commentaires composés | Sartre

Jean-Paul Sartre, Les Mots, J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres...

 J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres. Dans le bureau de mon grand-père, il y en avait partout ; défense était faite de les épousseter sauf une fois l'an, avant la rentrée d'octobre. Je ne savais pas encore lire que, déjà, je les révérais (1) ces pierres levées (2) droites ou penchées, serrées comme des briques sur les rayons de la bibliothèque ou noblement espacées en allées de menhirs (3) je sentais que la prospérité de notre famille en dépendait. Elles se ressemblaient toutes, je m'ébattais dans un minuscule sanctuaire (4) entouré de monuments trapus, antiques, qui m'avaient vu naître, qui me verraient mourir et dont la permanence me garantissait un avenir aussi calme que le passé. Je les touchais en cachette pour honorer mes mains de leur poussière mais je ne savais trop qu'en faire et j'assistais chaque jour à des cérémonies dont le sens m'échappait : mon grand-père - si maladroit, d'habitude, que ma mère lui boutonnait ses gants - maniait ces objets culturels avec une dextérité d'officiant (5). Je l'ai vu mille fois se lever d'un air absent, faire le tour de sa table, traverser la pièce en deux enjambées, prendre un volume sans hésiter, sans se donner le temps de choisir, le feuilleter en regagnant son fauteuil, par un mouvement combiné du pouce et de l'index puis, à peine assis, l'ouvrir d'un coup sec « à la bonne page » en le faisant craquer comme un soulier. Quelquefois je m'approchais pour observer ces boîtes qui se fendaient comme des huîtres et je découvrais la nudité de leurs organes intérieurs, des feuilles blêmes et moisies, légèrement boursouflées, couvertes de veinules noires, qui buvaient l'encre et sentaient le champignon.

 

1. révérer : vénérer, respecter.

2. ces pierres levées : dans certaines religions anciennes, on dressait de grands blocs de pierre pour honorer les dieux.

3. menhirs : grandes pierres, levées en l'honneur des dieux.

4. sanctuaire : temple, lieu sacré.

5. une dextérité d'officiant : une habileté de prêtre procédant à une cérémonie religieuse

 

Extrait du corrigé :

Jean-Paul Sartre (Paris, 21 juin 1905 - Paris, 15 avril 1980) : philosophe et écrivain français, dont la vie d'intellectuel engagé a suscité polémiques et réticences. Intransigeant et fidèle à lui-même et à ses idées, il a toujours rejeté les honneurs, notamment en 1964 le prix Nobel de littérature, qui lui avait été décerné par l’Académie suédoise.

Personnage prolifique et hyperactif, il est autant connu pour son œuvre, notamment ses paradigmes philosophiques que l'on regroupe sous le nom d'existentialisme, que pour son engagement politique, de gauche radicale. Sartre est connu aussi comme le compagnon de Simone de Beauvoir.

 

Les Mots :

Autobiographie de Jean-Paul Sartre, publiée en 1964, dont le récit couvre l’enfance de l’auteur, de ses 4 à 12 ans.Les Mots se divisent en deux parties : « Lire » et « Écrire » − selon Philippe Lejeune, ces deux parties ne sont qu'une façade et ne révèlent pas la progression chronologique de l'œuvre.

 

 

Sartre était un écrivain reconnu lorsqu’il écrivit son autobiographie. NB : l’autobiographie permet à l’auteur de raconter sa vie, son histoire, son enfance. Moment important : raconter ses rapports avec l’apprentissage de la lecture, la découverte des livres, la littérature, etc.

 

L’enfant perçoit-il les livres comme des objets ordinaires ? 

• L’enfant ne perçoit pas les livres comme des objets ordinaires.

• L’enfant a remarqué que son grand-père a un comportement différent avec les livres. Cf. la différence entre son comportement habituel, un peu maladroit, et son agilité lorsqu’il s’agit d’ouvrir un livre. Cf. « si maladroit, d'habitude » ; « air absent » VS « dextérité » ; « sans hésiter » ; « mouvement combiné du pouce et de l’index » ; « l'ouvrir d'un coup sec « à la bonne page » »…